207

13 mai 2011

Pourquoi j’ai quitté la ville pour revenir en région (2e partie et fin)

Camille DT

Je reviens à Montréal pour juillet, et, étrangement, ça m’excite pas mal moins que prévu. Lettre ouverte au Saguenay.

205

18 mars 2011

P45 a testé pour vous: PlentyOfFish

Camille DT

Le célèbre site de rencontre canadien est-il en mesure de me faire rencontrer l’homme de ma vie? Sera-t-il, comme dans le cas de Britney, le tournant de mon triste statut de fille-tu-seule?

202

4 février 2011

La chronique de quartier

Camille DT

Mes parents se sont établis dans le bungalow familial à ma naissance. Je n’ai jamais connu autre chose que le cul-de-sac de la rue Voltaire et ses alentours.

200

23 décembre 2010

Noël dernier: Wham!

Camille DT

Petit récit d’un Noël profiteur.

199

10 décembre 2010

Petites annonces 2.0

Camille DT

Une chronique style Kijiji marché aux puces numérique cheap.

198

26 novembre 2010

Pourquoi j’ai quitté la ville pour revenir en région

Camille DT

Le mythe inversé: repartir de la métropole pour sa région natale. Quitter les garçons, quoi, mais pour peut-être sauver sa peau.

179

25 février 2010

Chronologie d’une déception amoureuse

Camille DT

«Moi qui croyais mourir si jamais l’amour de ma vie – soupir – me quittait, je ne m’en sors pas trop mal. J’ai sorti mon kit de deuil.»

169

20 novembre 2009

Vagnessa

Camille DT

Je vais m’enfermer dans la salle de bain des filles, celle qui sent le parfum cheap et le moton. J’ai une amie, une vraie conne…

164

16 octobre 2009

33 minutes 47 secondes de retard

Camille DT

Il connaît mon nom. Flattée, j’accepte le verre qu’il m’offre. Il devrait pourtant savoir que je commande toujours un gin tonic s’il lit vraiment mon blogue… Il sait lire, 1 point pour lui. Et +2 pour le pull marine tant qu’on y est.

160

18 septembre 2009

VIPisse

Camille DT

Je sors habituellement les soirs de semaine. Comme je travaille le lendemain matin, j’ai toujours l’impression – lire espoir – que je ne vomirai pas dans mes bobettes ou que je ne me ferai pas traîner par un garçon louche jusqu’à son appartement.