C’est ce qu’on appelle un dilemme

Numéro 65

23 février au 1er  mars 2007

Un texte de
Nicolas Langelier

Publié le 25 février 2007 dans
Conversations, politique

On fait quoi, mettons qu’on est un Québécois qui, politiquement, est de gauche, mais n’est pas souverainiste, ou en tout cas n’a pas particulièrement envie d’un référendum (ou d’une consultation populaire, ou de quoi que ce soit) au cours des quatre prochaines années? Il y a vraiment un problème, avec notre vie démocratique.


Collaborez, vous aussi, au magazine P45, ou envoyez-nous vos idées pour les chroniques Approuvé-réprouvé ou encore P45 hebdo: courrier [à] p45.ca.

Discussion

Appréciations
Tweets
6 commentaires
  1. marie3laine says:

    On vote Vert au provincial, et NPD au fédéral. Problem solved.

  2. Martine says:

    Méchante bonne question.

  3. @marie3laine: je ne trouve pas qu’être obligé de voter pour un parti qui n’a aucune chance de faire élire ne serait-ce qu’un seul député, c’est une solution vraiment intéressante, démocratiquement parlant.

  4. Pascal says:

    On vote communiste. http://www.pcq.qc.ca/
    Malheureusement pour vous, ce parti appuie Québec Solidaire.
    On vote vert. En pensant que voter selon sa conscience est la meilleure façon de faire évoluer la démocratie.
    Malheureusement vous avez déjà réfuté cette solution.
    On vote ADQ en se disant qu’après un virage à droite, il va falloir fatalement retourner à gauche si on veut garder le cap.
    Malheureusement à force de virer, on risque de tourner en rond.
    On se présente.
    Malheureusement il est trop tard.
    On est mal pris.

  5. marie3laine says:

    En fait je pense que, même souverainiste, on a pas + d’options si on est de gauche. On peut peut-être juste espérer qu’après un référendum gagnant, il y aurait enfin de vrais débats sur la question.

    Notre vie démocratique aurait peut-être des chances de s’améliorer si on avait la représentation proportionnelle.

    Mais est-ce vraiment gaspiller son vote que de cocher à côté d’un candidat issu d’un tiers parti sur son bulletin? C’est une des questions que pose ce documentaire sur Ralph Nader : http://www.apple.com/trailers/independent/anunreasonableman/
    Aucune date de sortie prévue pour le Québec encore, malheureusement.

  6. Alex says:

    Je crois que la solution serait d’oublier la souveraineté, du moins pour quelques temps. C’est malheureux, mais c’est ainsi. Ou mieux, on demande à Pauline Marois de cesser de défendre un roman à la radio et de fonder son propre parti politique de gauche et non souverainiste! Elle sera si flattée qu’elle acceptera bien!

Commenter