Format court

Numéro 63

9 au 15 février 2007

Un texte de
P45

Publié le 11 février 2007 dans
Audio, Conversations, copyleft, podcast, radio, web

arteradioLes formats courts sont-ils l’avenir des stations de radio? La question était posée dans un article du journal Le Monde datée du 27 décembre dernier. En guise d’illustration, Arte radio comme modèle du genre, qui canalise d’une façon exemplaire la demande issue de l’essor de la baladodiffusion et des formats dédiés aux téléphones portables.

Radio en ligne lancée par Arte en septembre 2002, Arteradio est visité par 400 000 par mois en moyenne, dont 90 000 abonnés à la baladodiffusion. Le site est sans pub, gratuit, fonctionne avec un budget de 170 000 euros hors salaires. Depuis octobre, Arteradio a lancé une plateforme d’«audioblogues», permettant aux particuliers de profiter du «savoir-faire technique et esthétique d’Arteradio, acquis en quatre ans d’existence».

La BBC s’intéresse beaucoup au phénomène du format court. On peut imaginer que ce n’est qu’un début.

«Fin novembre (2006), des responsables de la radio publique britannique BBC ont invité, à Londres, Silvain Gire et Christophe Rault. Les cofondateurs d’Arte Radio ont raconté la genèse de la station et défendu l’originalité de son catalogue, riche de quelque 850 documents sonores: reportages sans entretiens ni commentaires, fictions, poésies, journaux intimes, séries documentaires, le tout sans plages musicales. Objectif: convaincre les auteurs du groupe public anglais qu’il est possible de faire des documentaires de création – unitaires ou en série – de brève durée.»


Collaborez, vous aussi, au magazine P45, ou envoyez-nous vos idées pour les chroniques Approuvé-réprouvé ou encore P45 hebdo: courrier [à] p45.ca.

Discussion

Appréciations
Tweets
1 commentaire
  1. Je m’étonne toujours de voir les yeux de merlan frits qu’on me fait quand je parle d’Arteradio. “Ah bon, ils ont une radio ARTE ?” C’est surtout étonnant pour les Français qui connaissent tous la chaîne hertzienne mais n’ont jamais eu l’heureux hasard de croiser la radio… Pourtant, on peut dire que les articles dans les médias ont été bien nombreux (pour avoir eu le dossier de presse sous la main, je vous l’assure).

    N’étant pas abonnée au Monde, je ne peux lire l’article, mais je trouve cela étrange, juste un peu, de les mettre en avant pour leur format court, alors qu’ils se sont défendus d’être un espace, aussi, pour les longs formats (puisque certains reportages avoisinent les 40 minutes). En fait, l’avantage du trois minutes, c’est qu’il s’écoute le temps d’un café, comme ça, depuis l’ordi, sans effort d’attention… Pas besoin de se la baladodiffuser, quoi ! Mais pour un trajet en bus, une promenade dans la neige, ou une insomnie qui s’accorche, je conseille de passer la barre impressionnante du format long radiophonique. Pour commencer, Les Bergers, qui s’écoute comme une lettre passe à la poste : http://www.arteradio.com/son.html?10489

    Et pour finir, je voulais vous faire partager un mail d’un journaliste d’Arteradio, un Thomas au nom compliqué, B quelque chose, je ne sais jamais. Je l’ai classé dans mon dossier “Courriels qui font du bien à relire” (Ben oui, moi je l’aime ce mot, courriel…)

    “Julie !
    Des mails comme ça
    c’est pas que ça fait plaisir
    ça requiiiiiiinque carrément.
    C’est pour toi qu’on bosse, Julie.
    Pour que tu refasses des tours et des tours dans le parc,
    les pieds dans la poudreuse
    et la tête avec nous.

    ;-)

    Merci pour ce mail qu’on va mettre de côté et relire encore et encore au coin du feu.

    à bientôt
    thomas baumgartner “

Commenter