L’exil des jeunes Français

Numéro 71

6 au 12 avril 2007

Un texte de
Nicolas Langelier

Publié le 10 avril 2007 dans
Conversations, France

Dans l’Observer de cette semaine, un bon papier sur la fuite à l’étranger d’un nombre de plus en plus important de jeunes Français (dans l’article, on parle surtout de Londres et New York, mais on pourrait bien sûr ajouter Montréal). Comme explication, on cite le taux de chômage, les émeutes de 2005, la stagnation de la société française en général. Résultat, selon l’Observer, un déclin marqué de la France, et une scène culturelle et underground de plus en plus pauvre.

Politicians of all parties have signalled their fear that Paris may become just another provincial city in the new globalised and multiracial Europe. While London is slowly pulling ahead of the rest of Europe as an economic powerhouse and a magnet for migrants – becoming in the process the New York of Europe – Paris, with its rising unemployment figures and stagnant economy, seems to be travelling in completely the opposite direction.

Youth emigration on such a massive scale is the clearest signal of all that France is in deep trouble. ‘Of course I am patriotic and glad to be French,’ says Frederic Castor, contemplating the new horizons of Southwark or Brooklyn. ‘But the problem is – for how much longer?’


Collaborez, vous aussi, au magazine P45, ou envoyez-nous vos idées pour les chroniques Approuvé-réprouvé ou encore P45 hebdo: courrier [à] p45.ca.

Discussion

Appréciations
Tweets
3 commentaires
  1. xkr says:

    ce qui est fascinant, c’est de voir se comporter l’underground de Paris… un peu à la remorque des autres grandes villes, je crois que c’est bel et bien un autre baromètre de l’état d’esprit des jeunes Français…

  2. Julie says:

    Avant, quand on habitait dans des petites villes en France, on quittait nos parents pour tenter sa chance à Paris. Maintenant, on quitte son pays pour tenter sa chance ailleurs.
    Mais c’est clair qu’on étouffe un peu sous la pression là-bas.

  3. Seb says:

    Bravo la génération gaulliste merci pour nos enfants restés au pays qui oublieront leur pairs, merci par dessus tout pour nos enfants libres à venir qui ne verront plus votre mesquinerie.

Commenter