Pictoplasma

Numéro 37

16 décembre 2005 au 4 mars 2006

Un texte de
Gwenaëlle Sartre

Publié le 24 février 2006 dans
Conversations, arts visuels, web

Depuis 1999, l’agence berlinoise Pictoplasma collecte, compile et classe des personnages graphiques sans paroles de la culture électronique. C’est le « Character Design ». Inspirées de la culture japonaise et proches de la BD, leur site répertorie aujourd’hui plus de 6500 créatures, au trait, en pixel, en 3D, ou sous Flash, partagées d’un bout à l’autre de la planète. Une vitrine internationale pour les créateurs, souvent anonymes.

C’est une anthologie devenue rapidement une source d’inspiration pour la publicité, l’art, les médias et les univers urbains qui y voient une puissance visuelle très efficace. De plus en plus l’industrie musicale a recours à l’animation pour leurs clips. Le collectif londonien, Shynola, réalisateur pour Beck, Blur ou Unkle, représente le phénomène. Comme le groupe virtuel le plus populaire au monde qui est Gorillaz, de Jamie Hewlett, dessinateur, et de Damon Albarn, leader de Blur.

D’autres les identifient comme des simples mascottes marketing à récupérer. Ils ne comprennent pas qu’il s’agit en réalité d’un nouvel art contemporain hétéroclite issu de la communauté Internet. En effet, presque tous les artistes possèdent leur propre site !

Pictoplasma est un incroyable bestiaire pour les professionnels et les amoureux de l’art graphique. Un concept qui a déjà fait des petits : Doma Collective (Argentine), Rinzen (Australie), ou encore Pleix (France). Bonne exploration !

À venir [Mars 2006]

  • Pictoplasma: Characters in Motion, éd.Gestalten, 2005, 96 p., contient un DVD, 45$. Leur catalogue-DVD permet de suivre l’évolution du Character Design qui s’investit de plus en plus dans le domaine de l’animation. Pour voir leur bande-annonce, suivez ce lien.

3 stars


Collaborez, vous aussi, au magazine P45, ou envoyez-nous vos idées pour les chroniques Approuvé-réprouvé ou encore P45 hebdo: courrier [à] p45.ca.

Discussion

Appréciations
Tweets
1 commentaire

Commenter