Richard Martineau, pute médiatique

Numéro 53

17 au 23 novembre 2006

Un texte de
P45

Publié le 19 novembre 2006 dans
Conversations, journalisme, société

C’est ça.
Et c’était ça aussi à l’époque.

C’est ma maigre mais tranchée contribution pour souligner les contradictions du chroniqueur au sujet de son arrivée au Journal de Montréal. Un jour, il déchire Québecor en miettes et s’essuie avec; l’autre, il fait son entrée dans la presse quotidienne du groupe. Avec un drôle de sourire béat. C’était sur le plateau de Tout le monde en parle le 19 novembre dernier.

Pour le dire poliment: Richard Martineau, un Bernard-Henri Lévy cheap.

Un BHL empêtré dans sa rhétorique, superflu, voyeur et vu. S’il avait un peu de classe au moins, on pourrait y croire, accompagner Richard Martineau dans son trip d’ego. Mais non, le roi est nu, et personne n’arrive à le lui faire savoir.

Richard Martineau, un spectre de la métaphysique médiatique, un spectacle de spectacle. Qu’il s’enfonce dans sa démagogie, ok, mais qu’il ait la classe et la politesse de ne pas nous enfoncer avec lui.


Collaborez, vous aussi, au magazine P45, ou envoyez-nous vos idées pour les chroniques Approuvé-réprouvé ou encore P45 hebdo: courrier [à] p45.ca.

Discussion

Appréciations
Tweets
1 commentaire
  1. Bah, ce dude-là, quand je le voyais en famille au Mont-Royal Hot Dog, je savais bien qu’il finirait de même.

    Il y a peut-être une leçon à tirer de voir les deux frontmen initiaux de l’émission Les francs-tireurs sous le joug de Québecor. Nous aurions tous dut écouter Les copines d’abord à la place!

Commenter