6 choses qui manquent à Sophie Durocher pour devenir Michael Jackson

Numéro 157

10 juillet au 6 août 2009

Un texte de
Xavier K. Richard

Publié le 10 juillet 2009 dans
Chroniques, La liste

6 choses qui manquent à Sophie Durocher pour devenir Michael Jackson

On a beaucoup parlé de Michael Jackson ces jours-ci, mais c’est en délaissant complètement l’actualité médiatique de Sophie Durocher. P45 corrige la situation en explorant un aspect méconnu de la vie de l’animatrice: ce qui lui manque pour devenir la reine de la pop.

1. Musicalement parlant, c’est pas top.

On se souvient que Sophie s’était un jour emportée à son émission de Télé-Québec puis avait tenté le body-surfing. Malheureusement, le public s’était écarté et la pauvre avait chuté durement sur le dancefloor.

Non seulement l’animatrice doit communiquer mieux sa fièvre sur scène, elle doit aussi trouver un pas de danse qui deviendra sa marque de commerce (la vrille de cheveux? le tourné-boulé?).

Mais on s’impatiente surtout de la voir un jour écrire son premier album. Ce qui n’est toujours pas fait (cela sonnera-t-il comme du Michel Brûlé?).

2. Les animaux de compagnie.

Les tigres et les singes sont les totems sacrés de Michael Jackson; le chien semble être un animal davantage du registre de Sophie Durocher. Penser à lui donner un nom qui tue, genre Jazz, Nietzsche, La Brute, Roman Polanski ou Richard, et prendre des photos avec lui dans le fond du jardin.

3. Les coups d’éclat.

À ce que l’on sache, on n’a pas vu encore Sophie Durocher balancer son enfant par-dessus la rambarde d’un balcon. Faudrait y penser avant qu’il soit trop vieux.

4. Changer radicalement d’apparence.

Le problème avec Sophie, c’est qu’elle a toujours été blanche. Pour créer un buzz, il faudrait qu’elle se fasse greffer de la peau noire, puis regreffer de la peau blanche.

5. S’établir dans un domaine idyllique isolé.

Montréal a beau avoir un parc d’attractions, ce n’est pas Neverland. Quitter la ville pour la campagne serait un premier pas bien accueilli par ses fans, qui verraient dans le geste une façon de s’extraire de l’impureté de la vie montréalaise et du show-business pour essayer de retrouver la sagesse perdue des temps anciens.

Avouez que ça fait rêver.

6. Sortir en pyjama.

Une fois par année, Sophie Durocher devrait faire ses courses au marché en pyjama et jouer l’excentrique de service. On ne devient pas reine de la pop sans un bon costume et sans émouvoir le public par des gestes spontanés riches en créativité.

Allez, soyons fous!


Collaborez, vous aussi, au magazine P45, ou envoyez-nous vos idées pour les chroniques Approuvé-réprouvé ou encore P45 hebdo: courrier [à] p45.ca.

Discussion

Appréciations
Tweets
Sans commentaire
  1. Melissa Maya Falkenberg says:

    Ce billet est un DÉLICE, Xavier! Et je tiens à préciser que j’aime beaucoup le travail de Sophie! :)

  2. 7. Se transformer en torche humaine.

    @Melissa Maya: belle palette de goûts.

Commenter