Belle and Sebastian: Fans Only DVD

Numéro 14

4 au 12 mars 2004

Un texte de
Marie-Claude Beaucage

Publié le 5 mars 2004 dans
Culture, DVD

Belle and Sebastian
Fans Only DVD
(Jeepster/Matador Records)

p_DVDmusical_0304.gifAh! Nostalgie, quand tu nous tiens… En 2002, la formation écossaise Belle and Sebastian, passée maître dans l’art de la pop teintées de nostalgie, signait une entente avec Rough Trade, mettant ainsi fin au contrat qui l’unissait à Jeepster, la compagnie de disques de ses débuts. Mais afin de souligner toutes les belles années passées au sein de cette écurie, Jeepster lançait Fans Only, un DVD qui compile le vécu du groupe de 1996 à 2002.

Pour les fans purs et durs de B&S, ce DVD s’avère un document des plus précieux, puisque en dehors des albums, singles et EP parus, le groupe s’est toujours fait très discret, surtout à ses débuts, fuyant les photos de groupe, accordant très peu d’entrevues et donnant des spectacles au compte-goutte – ils ne sont venus qu’une fois à Montréal, au printemps 2002.

Fans Only, donc, rassemble d’abord tous les clips de B&S, clips qui, auparavant, pour des raisons qu’on devine, ne pouvaient être vus que sur Internet. La majorité tiennent davantage de la vidéo maison broche-à-foin et sont, pour la plupart, réalisés par des membres du groupe, mais on y sent tout de même une certaine sensibilité artistique.

Fans Only comprend également quelques apparitions du groupe à la télé (au Brésil, notamment), lors de festivals (Coachella, Benicassim, Glastonbury et Bowlie Weekender), aux Brit Awards, alors que le groupe raflait le prix de la découverte de l’année en 1999, et on y trouve même le tournage d’une conférence de presse pour la sortie de l’album Fold Your Hands Child, You Walk Like a Peasant. En tout, Fans Only réunit plus de deux heures de matériel, incluant même des petits bouts d’un documentaire tourné en 1996, alors que le groupe en était à ses balbutiements.

L’ensemble du DVD témoigne bien des espoirs et des aspirations qu’entretenaient à leurs débuts les membres du groupe, qui nous sont dépeints comme une bande un brin chaotique de jeunes rêveurs naïfs plus ou moins ambitieux. Cependant, et ça nous rend un peu tristes, on est forcé de constater que 1996 est maintenant bien loin et que l’heure de gloire de Belle and Sebastian est désormais derrière eux…


Collaborez, vous aussi, au magazine P45, ou envoyez-nous vos idées pour les chroniques Approuvé-réprouvé ou encore P45 hebdo: courrier [à] p45.ca.

Discussion

Appréciations
Tweets
Sans commentaire

Nous sommes désolés, il n'est pas possible de réagir à cet article pour le moment.