Dans ton salon, Pony Up!

Numéro 122

27 juin au 10 septembre 2008

Un texte de
Véronique Boisjoly, Marie-Claude Beaucage et Caroline Bâcle

Publié le 26 juillet 2008 dans
Dans ton salon, Vidéo

Dans ton salon, Pony Up!

Un dimanche de juillet, fin d’après-midi. Véro et moi, on se rencontre au Art Café sur Fairmount avant d’aller tourner un nouvel épisode de Dans ton salon. On s’en va rencontrer Lisa, Laura, Lindsay et Sarah de Pony Up.

Il pleut par intermittence. C’est humide; on luit et on frise. On est un peu dans les vapes, aussi. Tellement pas réveillées en fait, qu’en marchant vers le domicile de Lisa, on se rend compte, Véro et moi, qu’on est toutes les deux parties sans noter son adresse.

On croit l’avoir mémorisée, mais après quelques tentatives infructueuses, on décide de demander à un bon samaritain muni d’un laptop de fouiller dans nos courriels pour retrouver l’adresse de Lisa. Le bon samaritain, c’est Andy, qui, assis au Cafe in Gamba, nous laisse utiliser son ordi. Il a les plus beaux yeux et le plus beau sourire de l’avenue du Parc, en ce dimanche morne.

On retrouve l’adresse et on se dirige vers notre lieu de rendez-vous. Mais Véro a oublié sa caméra sur la table d’Andy. Il nous accueille de nouveau avec son sourire craquant et on repart, caméra en main, le pas léger, vers le basement de Lisa.

On est accueillies avec des smoothies. Ça commence bien! Lisa nous fait visiter l’appartement, qui est probablement le plus inusité qu’on ait visité jusqu’à maintenant. On fouille dans sa bibliothèque. Elle et son chum sont de grands lecteurs, ils ont tous les deux étudié en littérature.

On tergiverse ensuite à savoir si on fait l’entrevue en anglais ou en français. Les collègues de Lisa lui ont dit que ça serait préférable que les filles fassent l’entrevue en français. Je soupire intérieurement de soulagement.

Finalement, une fois les quatre filles arrivées et installées autour de la table, la conversation s’amorce spontanément en anglais. Soyez indulgents, je ne parle pas souvent anglais!

On a parlé de tellement de choses en si peu de temps. De leur meilleur show à vie – à Sydney – et de leur pire – à San Francisco. Elles m’expliquent comment faire l’amour à des juges avec mes yeux.

On parle du fait qu’elles sont de meilleures musiciennes d’album en album. De l’enregistrement de leur prochain album – Stay Gold – à l’Hotel 2 Tango et des repas vegan qu’elles mangeaient pendant l’enregistrement, pour faire plaisir à Sarah, qui est végétalienne. Elles sont tellement belles et tellement cool. Naturellement.

Elles ont choisi de nous interpréter une chanson de leur nouvel album, qui s’intitule Crutch or a Cradle. Je suis totalement sous l’emprise de la mélodie et des paroles de la chanson. Difficile de ne pas l’être, d’autant plus que je suis à moins de trois pieds d’elles.

Quand Laura chante The world might be ending, so we should get married, j’ai le moton. Quand elles se mettent à fredonner en choeur à la toute fin, j’ai les larmes aux yeux. Quand elles terminent la chanson, elles lèvent les yeux vers nous. Et moi, j’éclate en sanglots comme un gros bébé.

Je suis aussi surprise qu’elles de cette montée soudaine d’émotions mal canalisées. Mais ça fait partie des risques du métier.



Texte et animation: Marie-Claude Beaucage
Images: Véro.B
Montage: Caroline Bâcle
Intro: Paul Tom

Le site MySpace de Pony Up: myspace.com/iheartponyup


Collaborez, vous aussi, au magazine P45, ou envoyez-nous vos idées pour les chroniques Approuvé-réprouvé ou encore P45 hebdo: courrier [à] p45.ca.

Discussion

Appréciations
Tweets
Sans commentaire

Commenter