Dénonçons le stress estival!

Numéro 42

1er  July au 7 September 2006

Un texte de
Hélène Marion

Publié le 1 juillet 2006 dans
Chroniques, Le combat du mois

Dénonçons le stress estival!

Êtes-vous stressés? Avez-vous mal au dos? Attention, parce que ce qui s’en vient est une décharge… de stress.

Juillet.

C’est le mois des déménagements. Stress. Il est dit que dans une vie, c’est un des aspects les plus angoissants à vivre, le déménagement. Ex aequo avec le divorce et la mortalité. Seulement au Québec, on déménage tous le premier juillet, journée officielle. Ailleurs, ils le font n’importe quand pendant l’année. En fait, c’est un des aspects de la culture québécoise qui en fait sourire plus d’un.

N’oubliez pas: qui dit déménagement dit nouveau voisinage. Pour les petites chicanes de clôture, pensez médiation citoyenne! Au Québec, il y a des bénévoles qui aident les gens à aimer leur voisin.

Juillet, c’est aussi le mois des fameuses vacances de la construction. Z’avez choisi de vous tirer ailleurs les deux dernières de juillet? Encore une particularité bien québécoise, bien de chez nous. On se tasse tous dans notre auto pour s’installer dans les embouteillages d’autoroute (gratuite, mais ô combien longue et morose!)… afin de tous se retrouver sur le bord de la plage aux États-Unis!

Alerte et merdouille: passeport échu! Pourrai-je traverser la frontière américaine sans me faire tirer dessus? Sans me faire asseoir quinze heures dans une salle d’attente en me faisant dire «Don’t move!» par le douanier en trip de domination? J’ai de quoi craindre: je suis Belgo-Québécoise! En cherchant bien loin dans leurs dossiers ultra-perfectionnés, ils trouveront. Ils peuvent tout retracer: nos allées et venues ainsi que le motif et la durée de tous nos séjours. Ils sauront! Vais-je m’en sortir, même s’il ne devrait toujours pas avoir de problème de passeports canadiens aux douanes? Le passeport, le demander, c’est la folie l’été! Combien, comme moi, prônent le stress de dernière minute?

Sans oublier: le stress du maillot de bain pour certains. Le stress du sport en ville pour d’autres, ou le stress de devoir faire du sport tout court, à tout prix. Le stress des amis qu’on ne voit finalement pas assez et qu’on devrait voir plus.

– La vente de garage qu’il faut faire bientôt, bientôt, pour épurer l’amas de passé qu’on stresse à traîner absolument…

– Le Mondial 2006 (de soccer!) dont on saura le gagnant en juillet, encore un stress de ne pas voir son équipe gagner… Rendez-vous en finale, le 9 juillet!

– Les indicatifs qu’il faut maintenant signaler à chaque appel composé… 514 ou 450, même si on habite dans le même secteur. Un nouvel indicatif apparaîtra bientôt sur le marché, tenez-vous bien…


Tout ce stress, on pourrait l’éliminer quelques heures en se faisant une journée spa/ massage/bain. Ça coûte 180 dollars par personne. Ensuite, on se replongera dans le travail pour éponger les dettes de spa, de vacances, de plage surpeuplée… Tout ça, cela dit, pour relaxer…

Finalement, oui, le mois de juillet est associé à la plénitude, aux vacances, au soleil et au pur plaisir. «Mais c’est stressant, aussi!», se plaint une fausse frustrée de l’été. Moi, je le dis: il y a aussi le soleil, les vacances, l’été, la nuit qui tombe tard, les feux d’artifice et les crèmes glacées…


Collaborez, vous aussi, au magazine P45, ou envoyez-nous vos idées pour les chroniques Approuvé-réprouvé ou encore P45 hebdo: courrier [à] p45.ca.

Discussion

Appréciations
Tweets
Sans commentaire

Nous sommes désolés, il n'est pas possible de réagir à cet article pour le moment.