Éditorial du 10 novembre 2006

Numéro 52

10 au 16 novembre 2006

Un texte de
Xavier K. Richard

Publié le 10 novembre 2006 dans
Chroniques, Éditoriaux

Il paraît que le sentiment amoureux ne dure qu’entre 2 et 28 minutes… L’amour, lui, ne dure que trois ans (1095 jours). Le corps de l’être humain perd trois grammes lorsqu’il décède, et l’envie de fumer dure en moyenne 2 minutes…

e_xavier20.jpg
Faut que jeunesse se passe, réussir sa vie nécessite qu’on fasse des sacrifices, vieillir c’est plus que tout s’imaginer vieux. Dans le placard, des squelettes d’idées jamais exploitées. Dans les petits pots, les meilleurs onguents, mais peu importe ce que vous avez, dépensez moins disent les économes.

Certaines choses ne font que passer, comme un bateau dont la voile est hissée, l’âge des gens ou l’été, l’automne, l’hiver ou le printemps.

C’est que la vie empêche parfois de vivre. Un paradoxe des matins trop lumineux, où meurent les idées pendant que d’autres naissent. Non, elles ne meurent jamais, ces idées, ce qui nous donne cette impression d’être entravé. Pourtant.

Sommes-nous des bagnoles, ou même des autoroutes? Une jungle alors, une qui nous fasse battre le cœur…? Tout est trop facile, suffit d’y penser. Comme cet adage de ma mère: «Quand la pâtisserie sort du four, la viande peut y entrer».

Ray Tomlinson inventait le courrier électronique en 1972, de même que l’arobase. Ça aurait pu être l’année de décès de Kurt Cobain, mais non. Tout ce qui fut une première fois du domaine du vécu est devenu sa représentation. Le temps d’un instant.

Un instant, ça dure 7 secondes.


Collaborez, vous aussi, au magazine P45, ou envoyez-nous vos idées pour les chroniques Approuvé-réprouvé ou encore P45 hebdo: courrier [à] p45.ca.

Discussion

Appréciations
Tweets
Sans commentaire

Nous sommes désolés, il n'est pas possible de réagir à cet article pour le moment.