Éditorial du 16 février 2007

Numéro 64

16 au 22 février 2007

Un texte de
Xavier K. Richard

Publié le 16 février 2007 dans
Chroniques, Éditoriaux

Aujourd’hui, j’ai trouvé un mec dans le banc de neige en face de chez moi. Il était en costume de jogging, les dents serrées sous l’effort.

À moins que ce ne soit à cause du froid, parce qu’il était bien gelé le pauvre. Et moi qui allait être en retard au boulot…

e_xavier20.jpg
Ce matin, j’ai mis mes bottes pour la première fois de l’hiver. C’était un grand moment d’émotion. En même temps que je les enfilais, je les repoussais de dégoût, et ainsi de suite jusqu’à ce que je pile dans une flaque d’eau froide, en chaussettes, du genre qui vous remémore qu’une bande habite chez vous et se foutent bien de traîner leurs bottes partout dans l’appartement…

Sans blague, on raconte qu’un jeune est allé faire son jogging le soir de la St-Valentin, puis n’a pas donné signe de vie depuis. Enterré, évanoui, déchiqueté, transporté vers une décharge perdue de la banlieue ou noyé dans le fleuve, ce sont ces images que me procurent ces bottes en ce matin sur-enneigé. Bon Dieu, cette lourdeur aux pieds, ça vous leste le corps vers le bas, vous courbe l’échine…

Tout de même, est-ce que faire du jogging un soir de tempête peut vraiment vous faire disparaître à jamais? Ou est-ce plutôt faire du jogging le jour de la St-Valentin? Ou alors faire du jogging dans la tempête un soir de la St-Valentin?

C’est étrange, peut-être que les cœurs légers ont tendance à moins adhérer au sol, imaginez que vous chaussiez en plus des espadrilles pour affronter le froid et la neige… Et je ne parle pas ici des insomniaques, tous ces gens qui ont le sommeil léger. Aujourd’hui sans nouvelles, qui sait ce qui a pu leur arriver?

En tout cas, on n’a plus les passions enflammées qu’on avait… Du genre à faire fondre la neige autour de vous pendant votre jogging de la St-Valentin. Mais, vous me demanderez, qui fait du jogging en pleine tempête? Je veux dire, courir comme un con dans trois pieds de neige plutôt que de la caresser cette petite passion près d’un feu de foyer (ou un calorifère) peut-être rudimentaire mais ô combien réconfortant?

Ou encore, que peut bien faire un amoureux dehors le soir de la St-Valentin? Pour ma part, je sais pas trop. Il faut dire que je passe pas mal toutes mes soirées sur mon tapis roulant, j’ai pas trop le temps de jeter des regards par la fenêtre. La neige, ça isole bien, en tout cas ça ne donne pas envie de sortir dehors.

Merde. Et avec tout ça, j’ai pas vu la date sur le calendrier. Et ma copine, qui me fait la gueule depuis… Bon, mettre ses bottes et aller faire un tour dans la tempête. Avec elles, je ne risque rien.


Collaborez, vous aussi, au magazine P45, ou envoyez-nous vos idées pour les chroniques Approuvé-réprouvé ou encore P45 hebdo: courrier [à] p45.ca.

Discussion

Appréciations
Tweets
Sans commentaire

Commenter