Exercice de style: Loft Story

Numéro 150

17 au 23 avril 2009

Un texte de
Audrey PM

Publié le 17 avril 2009 dans
Culture, Mode

Exercice de style: Loft Story

Je ne regarde pas le Loft. Pas besoin. Pour mon travail, j’en vois tout plein, des lofteurs potentiels qui se font photographier dans les bars de la Rive-Sud/Rive-Nord.

Je regarde ces gens avec un mélange de peur et de curiosité. Combien d’applications d’autobronzant ça prend pour être aussi orange?

Est-ce qu’ils en mettent PARTOUT? Est-ce qu’ils sont à l’aise dans autant de lurex? Leurs t-shirts serrés ne les gossent pas sous les aisselles? Est-ce que leurs ongles acryliques sont cancérigènes, comme les bouteilles d’eau?

Quoique je ne sois pas, moi-même, à l’abri de critiques en matière de style (je possède une paire de fausses Uggs), l’esthétique et surtout la médiocrité intellectuelle que valorise Loft Story m’insultent tellement que ma réaction instinctive est d’être bitch et condescendante.

Voici donc cette semaine un exercice moqueur (et presque hargneux) consistant à sizer et juger 16 personnes que je ne connais pas et dont le style vestimentaire m’horripile.

Pour les lofteuses:

Peu importe l’adage, les chaussures ne font pas la tenue.

Il ne faut jamais croire que personne ne remarquera notre robe inflammable en fibre synthétique si on porte des escarpins «audacieux». (Selon Corinne, amie de P45, c’est peut-être l’aspect le plus caractéristique des lofteuses: elles ont toutes l’air inflammable, escarpins compris.)

Et quoi de mieux que l’imprimé léopard pour paraître avoir 48 ans quand on en a 23. Autobronzant et extensions capillaires sont obligatoires pour compléter le look. Oh, et ne pas oublier de dire «si j’arais» au lieu de «si j’avais».

090417_lofteurs.jpg

Pour les lofteurs:

Ed Hardy, Dom Rebel, ce sont des gars «kerrect».

Choisissez les chaussures les plus pointues, au matériel le plus douteux. À mon grand malheur, Nair et Veet ont détruit chez ces gens la si sexy «treasure trail» (cette fine ligne de poils qui part du nombril et qui se dirige vers…).

S’il vous reste assez de jugement pour NE PAS vous faire tatouer votre mère qui vomit, optez pour le classique tatouage tribal sur un biceps. Finalement, ne pas oublier de dire «Subway» quand on vous demande votre restaurant préféré.


Collaborez, vous aussi, au magazine P45, ou envoyez-nous vos idées pour les chroniques Approuvé-réprouvé ou encore P45 hebdo: courrier [à] p45.ca.

Discussion

Appréciations
Tweets
Sans commentaire
  1. stef says:

    J’aimerais préciser que dans les bars de Montréal aussi, on peut retrouver ce genre de spécimens lofteurs se faire photographier….

    Que voulez vous, il fallait bien qu’un jour ils nous envahissent!

    S.

  2. claudio says:

    Vous envahire, coudonc, les petit 514 ont peur de se faire voler leurs filles ??? toujours la meme histoire avec les 514. ciao ducon !!!

Commenter