Guide de survie Pop Montréal

Numéro 86

28 septembre au 4 octobre 2007

Un texte de
P45

Publié le 28 septembre 2007 dans
Culture, Musique

Guide de survie Pop Montréal

Plusieurs auteurs vous livrent leurs secrets pour passer un bon festival. Façon P45.

3 trucs pour survivre à Pop Montréal, par Julien Cayer

1. Se laisser pousser la barbe pour sauver du temps.
2. Se laisser pousser la barbe pour se faire passer pour un gars du groupe et entrer gratuit.
3. Se laisser pousser la barbe pour y camoufler une flasque de whisky.

3 shows à voir:

1. Patti Smith, parce que c’est un fantasme de journaliste.
2. Le house party avec SoCalled à la Notman House samedi, pour voir si la police va débarquer.
3. Mort Sahl, parce qu’il paraît qu’il sait qui a tué JFK.



3 trucs pour survivre à Pop Montréal, par Chocolat (qui va passer un Pop bien relax finalement parce qu’ils entrent en studio pour leur premier album le 6 octobre, après un show bénéfice la veille…)

1. Bien manger avant d’aller faire le party (sinon, tu te mets à faire trop de niaiseries…)
2. Boire beaucoup d’eau
3. Dire aussi aux touristes d’éviter (si possible) d’acheter leur drogue au coin Berri-Maisonneuve

3 shows à voir:

1. Caribou
2. Jay Reatard
3. Grizzly Bear



3 trucs pour survivre à Pop Montréal, par Dave Jaffer, du Hour

1. Don’t try to go to every show. Trying to go to every show is stupid because you’ll never remember the small but substantive nuances of the individual shows, just that you were there. Don’t attend a show just to say you were there. Go because music saves your life.

2. Go to a few shows that feature artists you’ve never heard of, so that the day after, while you’re in bed nursing a brutal, brain-shattering hangover, you can at least say that you drank in the name of discovery.

3. If you’re going to go, go hard. Enjoy the shows you see. Don’t just stand at the back of the room with your arms crossed, convinced that music is something you have to intellectualize. Drink, dance, and carouse, because POP is the last (fun) festival of the year. Do you really want to spend your winter wishing you had more fun when the weather didn’t suck?

3 shows à voir:

1. Patti Smith and Her Band: There aren’t enough living legends these days. Why on earth would you want to miss one when she’s playing in your backyard?
2. Hilotrons: Purveyors of quirky, weird, space-age dancefloor pop, Ottawa’s Hilotrons made one of my favourite records last year (Bella Simone). Every time I’ve had the chance to see them, something came up and I had to cancel. This time, I’m going to make it, and dance my little heart out. Or something.
3. Hot Hot Heat: For all the shit people talk about how they’ve changed, sold out, etc, I seem to remember how electric they were in concert circa Make Up The Breakdown. And, despite POP being something I cherish for the small, sweaty shows, a big, sweaty show never hurt anyone. Least of all me.



3 trucs pour survivre à Pop Montréal, par Myriam Rondeau

1. S’acheter un joli chandail rose fluo afin que mes amis puissent me retrouver dans les foules.
2. Porter des souliers plats pour me permettre de danser sans avoir peur de me ruiner les pieds.
3. S’assurer que mon chandail fluo ait un col en V pour que Sebastien Grainger puisse bien voir son nom tatoué sur ma poitrine.

3 shows à voir:

1. Patrick Wolf, parce que c’est son premier et probablement seul passage chez nous.
2. Telefauna, parce que ce sont mes petits chéris et qu’ils sont absolument adorables.
3. Kavinsky, parce que voir un zombie mixer c’est toujours intéressant.



3 trucs pour survivre à Pop Montréal, par Corinne Fréchette-Lessard

1. Mentir. Raconter à des gens qui n’y étaient pas que, par exemple, Arcade Fire et Patrick Watson sont montés sur scène pendant le show de (insérer band inconnu ici) tantôt, qu’ils ont fait une version de 12 minutes de Rebellions pour le plus grand bonheur des 12 personnes présentes (dont vous, évidemment) et que c’était sans contredit le moment le plus magique de Pop Montréal, toutes éditions confondues. Regards jaloux garantis.
2. Assumer ses choix. Refuser de gaspiller quelque énergie que ce soit avec des considérations du genre «j’aurais peut-être dû aller voir le show en face qui est peut-être plus le fun que celui-ci dans le fond». Même quand vos amis débarquent en jurant que Arcade Fire et Patrick Watson… machin, machin.
3. Louer un chalet la fin de semaine suivante. Dimanche soir, quand les tympans saignent, les jambes flanchent et le foie vous maudit, les images de calme plat et de poêle à bois sont réconfortantes.

3 shows à voir:

1. Laura Peek and the Winning Hearts, parce que le brouillard haligonien me manque.
2. Chickita Violenta, parce qu’ils viennent du Mexique et que ça a beau s’appeler Pop Montréal, ce serait bête de voir juste des bands locaux.
3. Li’l Andy, parce que son country est à la fois drôle, mordant, intelligent et touchant, comme tout country qui se respecte. (Ok, c’est un ami, mais c’est drôle, mordant, intelligent et touchant pour vrai de vrai, promis, juré, craché!)



3 trucs pour survivre à Pop Montréal, par Xavier K. Richard

1. Prendre des photos (ça occupe).
2. Danser une fois sur deux et ainsi épargner ses genoux (par extension, rire subtilement des danseurs de tecktonik).
3. Traîner sa mère (un thermos de soupe serait trop lourd à porter).

3 shows à voir:

1. The Golden Dogs, parce qu’ils m’obsèdent depuis que je les ai manqués l’année dernière.
2. Cody ChesnuTT, parce qu’il porte de belles capes.
3. YELLE, parce que j’ai envie de rencontrer une fille.



3 trucs pour survivre à Pop Montréal, par Guillaume Decouflet de Pop Montréal

1. Ne pas prendre de champignons le premier soir du festival.
2. Se laisser surprendre et bousculer tout en étant curieux. La magie fait oublier la fatigue.
3. Rencontrer des personnes de l’autre sexe.

3 shows à voir:

1. La soirée Baile MTL, où seront réunis pour la première fois le all-star team des artistes / dj globetrotter du beat et de la basse avec Dj / Rupture, Maga Bo et Filastine. C’est pas cher et ça va vraiment être un gros party de danse incroyablement éclectique comme il y en aura jamais eu à Montréal. Ensuite, on ira à l’after avec Glitchmob et Megasoid.
2. Pere Ubu & Fucked Up: C’est le spectacle d’ouverture du festival et c’est un line-up hallucinant. Pere Ubu est l’une des figures centrales de la scène no-wave new-yorkaise de la fin des années 1970. Ils ont inspiré une bonne partie du mouvement hardcore (dont Fucked Up est incontestablement l’un des représentants canadiens les plus importants aujourd’hui) et aussi de la scène noise et expérimentale comme Sonic Youth par exemple. Séminal et très très rare sur scène!
3. Patti Smith: Parce qu’elle est, tout simplement, une légende vivante.



Pop Montréal, du 3 au 7 octobre 2007


Collaborez, vous aussi, au magazine P45, ou envoyez-nous vos idées pour les chroniques Approuvé-réprouvé ou encore P45 hebdo: courrier [à] p45.ca.

Discussion

Appréciations
Tweets
2 commentaires
  1. Le house party avec SoCalled est déplacé à la Sala Rossa.
    Je crois.

  2. Ev says:

    1. Faire réparer son bike.
    2. Laver ses draps parce que le sommeil à fond la caisse et l’aftermath du show de Yelle vous rattraperont dans le détour.
    3. Ne pas commencer à boire très tôt en pensant faire le plein pour le reste de la soirée et économiser quelques sous; suicide social garanti, et les bouteilles poppent toujours de nulle part anyway.

    Pour les shows, j’abonde dans tous les sens.

Commenter