Jacquemort: jappe et mord

Numéro 74

26 avril au 2 mai 2007

Un texte de
Myriam Rondeau

Publié le 27 avril 2007 dans
Culture, Musique

Jacquemort: jappe et mord

Vous avez peut-être lu l’Arrache-cœur, le dernier livre signé Boris Vian et paru en 1953. Si c’est le cas, le nom Jacquemort vous dira peut-être quelque chose.

C’est le nom qu’a pris le projet musical de Thomas Augustin et de trois autres amis musiciens: Julien, Julien et Nelly-Belle. Rejoint au téléphone la veille du lancement officiel de leur premier EP, Dent de lait, Thomas nous a parlé d’un peu de tout, sauf de Boris Vian.
Est-ce que tu pourrais dire que Jacquemort c’est la tête et Malajube le cœur d’un même organisme?

Oui, on pourrait dire ça. Je pense que ça résume bien. C’est sûr qu’il y a du cœur dans Jacquemort et de la tête dans Malajube, mais tu vois la différence?…
Tu peux me parler un peu de l’histoire de Jacquemort?

Jacquemort s’est formé il y a environ 3 ans dans ce qu’on a appelé le Saint-Bordel dans Hochelaga, coin Préfontaine et Ste-Cath. C’était un appartement dans lequel on faisait beaucoup de bruit. C’était bordélique. La première année on a fait… deux shows peut-être, la deuxième maximum cinq. Nous n’étions pas très productifs, on s’amusait.
Comment est-ce que vous êtes arrivés à faire de ce bordel, un disque?

Ça a été assez long. Comme Jacquemort a toujours évolué en parallèle avec Malajube qui s’est mis à intéresser le monde, et que les autres membres font eux aussi partie d’autres groupes, c’était pas toujours évident de se rencontrer.

Mais d’une manière ou d’une autre, on s’est toujours arrangés pour composer les quatre ensemble. Pour Dent de Lait, on a beaucoup retravaillé ce que nous avions déjà et fait de nouvelles compositions. On présente cinq tounes, quelque chose de short and sweet.
Justement, tu es très occupé avec Malajube et là tu lances quelque chose avec Jacquemort. Ça fait beaucoup en peu de temps. Est-ce que tu es hyperactif?

(Rires) Je ne sais pas hein? J’imagine que oui. Le truc c’est que plus je fais de la musique, plus j’ai envie d’en faire. Je veux toucher à tout. Si je faisais une autre job en plus de faire de la musique, peut-être que je serais moins motivé. Mais là, j’ai l’occasion de ne faire que ça.

Il y a aussi l’idée d’arriver à sortir un album par année. Je ne pourrais pas le faire avec Malajube, on est trop occupés à jouer partout. On est bookés jusqu’à la fin de l’été. Je viens de voir l’horaire de tournée, c’est fou!
Et comment tu gères ça?

J’aime ça, c’est certain, mais c’est de voir ce qu’il y aura après, quand ça sera fini. Comment on va faire pour s’asseoir et commencer quelque chose de neuf… Je donne peut-être l’impression de brûler la chandelle par les deux bouts, mais j’aime ça.
Jacquemort est beaucoup étiqueté comme progressif, est-ce que tu es à l’aise avec ça?

Tu trouves que c’est progressif, toi? Moi je trouve qu’il y a, au contraire, beaucoup de pop dans le son de Jacquemort. C’est évident que certains groupes prog m’ont influencé, comme Mr. Bungle ou Frank Zappa, mais si tu prends Nelly-Belle, elle a beaucoup trippé sur Supertramp. C’est pas trop progressif comme son!
Est-ce que tu dirais que le son que vous avez là, c’est le son de Jacquemort ou bien que vous laissez encore de la place à des changements majeurs?

La base est là, mais je pense qu’on n’a jamais trouvé son son. Dans Dent de lait, moi je vois tout plein d’idées. Ça va beaucoup changer, là c’est encore à l’état d’embryon. Il faut travailler et trouver d’autres idées, les mélanger. Regarde juste Malajube! Le son de Compte Complet est complètement différent de Trompe l’œil. On a réussi à tenir quelque chose, mais le prochain album sera vraiment différent. Ça sert à rien de refaire ce qu’on a déjà fait.
Tu pars bientôt pour l’Europe avec Malajube, quel genre d’évolution ça va donner à Jacquemort?

Bientôt? Dans trois jours oui! Je n’ai pas beaucoup de temps à mettre sur le projet présentement donc aucune chance que je me concentre uniquement sur Jacquemort. J’ai envie de garder ce groupe secret, ne pas annoncer de spectacles trois mois à l’avance, de faire quelques shows ci et là et éventuellement produire un album studio complet. Mais ce n’est pas pour tout de suite.
Alors pourquoi lancer votre EP maintenant?

Parce qu’on a le feeling que c’est maintenant ou jamais. C’est ça aussi la signification de Dent de lait: laisser tomber des dents pour que d’autres poussent, garder les anciennes et les immortaliser sur disque. Pas les dents, les tounes.


Collaborez, vous aussi, au magazine P45, ou envoyez-nous vos idées pour les chroniques Approuvé-réprouvé ou encore P45 hebdo: courrier [à] p45.ca.

Discussion

Appréciations
Tweets
Sans commentaire

Nous sommes désolés, il n'est pas possible de réagir à cet article pour le moment.