L’Association européenne pour l’entomologie médico-légale

Numéro 16

2 au 12 avril 2004

Un texte de
Raphaëlle Derome

Publié le 2 avril 2004 dans
Chroniques, Les associations

Ces associations dont vous ne faites probablement pas partie, et tout ce que vous devez savoir à leur sujet.

p_association_0404.gif
Description

Jeune organisation fondée en 2002, l’Association européenne pour l’entomologie médico-légale (European Association for Forensic Entomology) regroupe déjà 78 spécialistes issus de 18 pays.

L’entomologie médico-légale, hein?

C’est la science qui utilise les insectes présents sur un cadavre pour déterminer le moment et les circonstances du décès.

Genre…

Un cadavre exposé à l’air, ça attire les mouches. Puis, à mesure que le temps passe, d’autres espèces d’insectes apparaissent, toujours dans le même ordre. Chacune ayant un cycle de vie bien connu, les entomologistes peuvent calculer combien de temps s’est écoulé depuis que la première mouche est venue pondre.

C’est vraiment dégueu.

Oui, mais c’est utile, par exemple, pour découvrir si le défunt était intoxiqué au moment de mourir. En se nourrissant, les insectes absorberont les toxines ou les drogues présentes dans le corps et les accumuleront dans leur propre organisme : anti-dépresseurs, mercure, cocaïne, héroïne… Très pratique dans les cas où la dépouille est découverte trop tard pour prélever et analyser les fluides corporels.

Mais pourquoi une association?

Pour développer des méthodes scientifiques reconnues pour le prélèvement et l’analyse des échantillons d’insectes. Lors des procès pour meurtres, beaucoup de juges rejettent encore les preuves entomologiques, les considérant comme peu fiables. Les crimes résolus grâce à l’entomologie médico-légale restent d’ailleurs anecdotiques dans la jurisprudence.

Ouais. Je trouve toujours ça dégueu, mais j’aimerais en savoir plus.

La Faune des Cadavres, l’un des premiers livres sur l’entomologie médico-légale, a été écrit en 1894 par l’entomologiste français Pierre Mégnin. Il est disponible intégralement en ligne. Vous direz merci à la Bibliothèque nationale de France.


Collaborez, vous aussi, au magazine P45, ou envoyez-nous vos idées pour les chroniques Approuvé-réprouvé ou encore P45 hebdo: courrier [à] p45.ca.

Discussion

Appréciations
Tweets
Sans commentaire

Nous sommes désolés, il n'est pas possible de réagir à cet article pour le moment.