La dernière CAM

Numéro 157

10 juillet au 6 août 2009

Un texte de
Miguel Tremblay

Publié le 10 juillet 2009 dans
Idées, Société

La dernière CAM

Ça y est, c’est fini. Depuis le 1er juillet 2009, il n’est plus possible d’utiliser la petite carte de plastique pour voyager en transport en commun à Montréal. La CAM, cette carte mensuelle dont le design, surtout les couleurs, était toujours une surprise. Rarement une bonne.

Un ami avait soulevé l’hypothèse, pour expliquer la singularité chromatique de la CAM, que le responsable du design devait être un employé de la STM ayant obtenu sa permanence dans les années 80.

Indélogeable de son poste, il n’avait pas renouvelé sa palette de couleurs depuis.

Je me souviens d’une CAM de février. Elle était brun pâle avec des petits coeurs roses qui flottaient.

Je l’avais postée, une fois expirée, à un ami vivant à l’extérieur du Québec pour lui illustrer tout ce qu’il manquait en étant au loin. Ou encore la fois où la STM avait transformé la CAM en publicité pour Loft Story. Ce mois-là avait été plus long que les autres.

Il était aussi possible de faire chanter la CAM. En la tenant d’une main et en la faisant osciller avec l’index de l’autre. Dramatisation:


J’ai numérisé la dernière CAM, celle de juin 2009. Les CAM des derniers mois arboraient une photo d’une station de métro. Une différente chaque mois.

La dernière a été consacrée à la station McGill.


Toute cette beauté plastifiée a été remplacée par la temporellement neutre carte à puce Opus. Je ne la sors même pas de mon portefeuille pour passer la guérite… Ma rencontre mensuelle avec le petit monsieur, ou la petite madame, du métro a été remplacée par une transaction avec une machine à pitons. Une de plus.

Ce qui n’est pas sans nous rappeler que la technologie n’a pas que des avantages. Elle emporte des fois avec elle des petits bouts de notre beauté quotidienne.

Ou mensuelle.


Collaborez, vous aussi, au magazine P45, ou envoyez-nous vos idées pour les chroniques Approuvé-réprouvé ou encore P45 hebdo: courrier [à] p45.ca.

Discussion

Appréciations
Tweets
Sans commentaire
  1. Vincent says:

    J’ai déjà lu pourquoi les couleurs de la CAM étaient n’importe quoi, dans le journal du métro je crois. Les deux couleurs sont choisies au hasard par l’imprimeur à la toute dernière minute avant l’impression afin d’éviter une production de fausses cartes.

  2. Mathieu says:

    pour rajouter du piquant à ta carte OPUS

    http://opuslift.com/

  3. Ennev says:

    J’allais proposer ce cite Mathieu :-) Je me demande si quelqu’un a eu des embêtements a cause de ça par contre?

Commenter