La Guerre des Idées dans une autre Langue

Numéro 22

1er  octobre au 4 novembre 2004

Un texte de
Thomas Garman

Publié le 1 octobre 2004 dans
Fiction, Nouvelle

Veuillez pardonner mon français. Je viens d’Amérique. J’ai habité à Montréal pendant plusieurs années mais parce que je dois travailler tellement pour m’obtenir argent pour la nourriture je n’ai pas eu le temps pour étudier le français beaucoup. Mais j’ai un bon dictionnaire.

p_nouvelle_1004.gifJe souhaite que je pourrais vous dire cette histoire directement. Mais le dire directement met en danger mon statut d’immigration. Ma famille a besoin de moi pour travailler et je ne peux pas gagner une vie si je dois retourner à mon pays. Donc je vous dirai ce que je veux pour vous indiquer au sujet de la guerre, la guerre l’appel d’Américains la guerre contre le terrorisme, derrière un voile. J’ai très peur d’être arrêté juste pour écrire ceci. Où est la liberté de la parole?

George Bush est un flic mais pas ce soir. Ce soir il regarde Clint Eastwood joue un rôle comme un cowboy dans l’western l’Unforgiven. Il joue aussi avec le film. Il est presque nu, gonflé et seul dans sa pièce. Il se sent comme il est juste outre de l’film attendant pour venir sur l’écran et pour prendre une place dans le combat près de Clint Eastwood. Mais Clint Eastwood n’a pas besoin d’aide. George, prêt pour n’importe quoi, a son Glock-9 dans une main et une bière dans l’autre. Il caracole autour de son pièce illuminée par rien autre que la lumière bleue du télé. Il parle les mots du film, et imaginant qu’il est menaçant beaucoup des hommes tremblants avec son pistolet. George brandit le pistolet plusieurs fois dans la direction du t.v. pendant que Clint Eastwood tire Gene Hackman pendant la scène finale.

Donc là vous avez la loi américaine. Tout est un film pour eux.

Cette même nuit Damir, un étudiant de première année à l’université de l’État de l’Oklahoma, fait ses devoirs mathématiques. Les devoirs sont faciles pour lui parce que Damir, pour gagner sa bourse dans son pays Karakalpakistan, a dû passer un examen qui, par les normes exaltées de l’université de l’État de l’Oklahoma, l’aurait qualifié pour Ph.D. Comprenez-vous? Je suis désolé pour mon Français. Damir vient de Karakalpakistan.

Damir est frustré en ce moment, au milieu d’un problème, par les piles dans sa calculatrice qui sont en train de mourir. Cette calculatrice n’était pas même bon quand elle a été fabriquée il y a beaucoup d’années en Russie. La calculatrice était un cadeau du ministère de l’éducation dans Uzbekistan. Elle a été donnée à Damir dans la célébration de sa bourse, et le voyage vers l’Amérique que sa bourse a rendu possible. Damir déteste cette calculatrice parce qu’il mange des piles, et donc il mange trop de sa bourse. La technologie crée des problèmes pour les gens. Damir achète toujours des piles avec de l’argent qu’il a besoin pour la nourriture. Mais il faut qu’il fait ses devoirs pour son classe de mathématiques.

Les piles dans sa calculatrice meurent. Il décide, démissionné au destin, pour aller acheter des piles. Il a le travail à finir ainsi il ne peut pas se permettre de ne pas les acheter. Il y a un Wal-Mart qui est ouverte 24 sur 24 près de la maison de Damir donc il va là pour magasiner. L’intérieur du magasin est resplendent, caverneux, brillant dans blanc chaud des lumières fluorescentes. Partout il voit des choses pour acheter, des choses qu’il a besoin. Mais il ne peut se permettre aucune de ces choses.

Dans le magasin les employés confondent Damir avec un voleur et ils appellent la police. La police l’interroge parce qu’il ressemble à un Arabe. Il ne parle pas anglais bien. La police le suspecte de quelque chose. Ils l’arrêtent pour être une personne étrange.

En même temps Damir est arrêté, Timothy McVeigh arrive dans Oklahoma City pour éclater une bombe à un bâtiment de gouvernement. Il est blanc. Personne ne pense qu’il est un terroriste.

Le matin suivant Damir est fâché contre la police. Environ sept le matin Damir va à Kinkos Copies au centre-ville. Il veut faire cent copies du papier qu’il a dans sa poche. Le papier lit, simplement: Les personnes de Karakalpakistan ont été faites du tort! Il pense que ceci suffira. Il mettra les papiers partout dans la ville pour protester son arrestation.

Timothy McVeigh est également sûr de sa cause quand il stationne son camion rempli d’explosifs dans l’avant du bâtiment de gouvernement. Damir est en train de faire des copies quand la bombe de McVeigh éclate. Tout est détruit, y compris Damir. Ka-booom! La plainte de Damir ne sera jamais entendue. La bombe de McVeigh était plus grande que la plainte de Damir.

La violence crée plus de violence. Dans cette histoire McVeigh est les Américains dirigés par George Bush dans le guerre en Iraq. Damir est les personnes faibles du monde. Le bâtiment de gouvernement que McVeigh a détruit est la déclaration universelle des droits de l’homme. Encore une fois je dis: George Bush est un flic, mais pas ce soir. Ce soir il regarde Clint Eastwood joue un rôle comme un cowboy dans l’western l’Unforgiven. Il joue aussi avec le film. Il est presque nu, gonflé et seul dans sa pièce.

Il se sent comme il est juste outre de l’film attendant pour venir sur l’écran et pour prendre une place dans le combat près de Clint Eastwood. Mais Clint Eastwood n’a pas besoin d’aide. George, prêt pour n’importe quoi, a son Glock-9 dans une main et une bière dans l’autre. Il caracole autour de son pièce illuminée par rien autre que la lumière bleue du télé. Il parle les mots du film, et imaginant qu’il est menaçant beaucoup des hommes tremblants avec son pistolet. George brandit le pistolet plusieurs fois dans la direction du t.v. pendant que Clint Eastwood tire Gene Hackman pendant la scène finale.


Collaborez, vous aussi, au magazine P45, ou envoyez-nous vos idées pour les chroniques Approuvé-réprouvé ou encore P45 hebdo: courrier [à] p45.ca.

Discussion

Appréciations
Tweets
Sans commentaire

Nous sommes désolés, il n'est pas possible de réagir à cet article pour le moment.