La revue du mois d’avril

Numéro 187

7 au 13 mai 2010

Un texte de
Olivier Niquet

Publié le 7 mai 2010 dans
Chroniques, La revue du mois

La revue du mois d’avril

La revue du mois de P45, c’est le carnet de bord de nos collaborateurs sur le mois qui vient de s’écouler, une chronique aide-mémoire sur ce qui restera dans les annales et ce qui est déjà oublié. Ce mois-ci: Olivier Niquet.

1. Les poissons

Le mois d’avril commence toujours avec des poissons et je déteste ça, être poisson. Une journée complète à vivre avec la crainte de passer pour un grand naïf m’est insupportable. Tellement, que je ne commente aucune nouvelle, pas plus que je ne m’extasie lorsqu’on me fait une annonce ou un commentaire.

D’ailleurs, je ne sais toujours pas si Jean Charest a vraiment donné le 12e coup d’envoi de la construction du Centre universitaire de santé McGill, pas plus que je ne sais s’il est vrai ou pas qu’on a découvert que William Shakespeare est Français.

J’ai plutôt passé mon temps à regarder la nouvelle chaîne Zeste, là où on n’allait pas me prendre pour un cave et me montrer à apprêter une belle pièce de marlin (c’est un peu comme du thon, mais avec pas de voie de disparition).

Mais non, sous des apparences de «bien manger», Chose Vézina du Laurie Raphaël nous fait exploser la consommation maximale de sodium quotidienne seulement à le regarder. Le «Cuisinier rebelle»? C’est un cuisinier normal, mais avec des tatouages.

Non, le 1er avril, vaut mieux s’isoler du reste du monde.

2. La révolution iPad

En avril est sortie une petite machine «magique», l’iPad d’Apple. Je connais des gens qui sont allés jusqu’aux États-Unis d’Amérique pour être les premiers à pouvoir googler «Eyjafjallajökull» sur un iPad et pour ensuite être les premiers à annoncer au reste du monde que ça ne tient pas bien dans la paume d’une main.

Si je vois toujours mal en quoi l’iPad me serait utile, je vois bien qu’il pourra l’être aux illettrés de la technologie: à ceux qui mettent leurs photos dans Word pour les transférer à leurs amis parce que c’est le seul logiciel qu’ils connaissent ou encore à ceux qui surnomment affectueusement leur navigateur web «mon Internet».

Ils en ont parlé deux fois chez Le Bigot. C’est une révolution.

3. Guerre de gazouillis

Avril fut aussi le théâtre d’une guerre sur la pertinence de Twitter entre ceux qui pensent que la technologie nous rend cons et ceux qui croient que la technologie est une panacée.

Sauf que les premiers n’ont jamais mis le pied sur le Twitter et les seconds gagnent leur vie à prêcher que c’est une merveille, comme ils gagnaient leur vie à faire croire que Second Life était une merveille il y a deux ans.

Entre les deux, d’autres ont décidé de ne pas s’en mêler parce qu’ils voient la chose comme un outil et que ce ne serait pas en faire bon usage que de prendre part à une guerre de courtes phrases. Et de ça, ils n’en ont même pas parlé chez Le Bigot.

4. Jacqueline Gareau

Jacqueline Gareau, la célèbre marathonienne québécoise, a repris l’entraînement et participe au Marathon de Boston à l’âge de 57 ans. Quand j’étais ado, Mme Gareau était ma voisine d’en face à Saint-Bruno-de-Montarville. Selon mes sources, c’est elle qui appelait la police quand nous faisions des petites fêtes bien arrosées de Molson Ultra. Ah, le bon vieux temps.

Non, je déteste la nostalgie. Je ne retournerais pas à l’époque du skate punk mélodique, des BBS ou de Jacqueline Gareau. Donc, non, je ne la poursuivrai pas en vélo pendant un de ses entraînements pour lui pitcher des oeufs.

5. Lech Kaczynski

Le président de la Pologne, son épouse, ainsi que plusieurs Polonais importants sont morts dans un accident d’avion. Je suis compatissant, bien sûr, mais me suis quand même pris à imaginer la disparition des dirigeants du Québec.

Peut-être dans quelque chose de moins dramatique. Supposons qu’ils se seraient acheté un billet de loto en groupe et gagné plusieurs millions, leur imposant une retraite dorée sur les plages goudronneuses de Palm Beach. Une occasion en or.

Des fois, il faut faire des sacrifices pour repartir à zéro sur de meilleures bases. Regardez ce qu’ils sont arrivés à faire avec Michael Jackson.

6. Turcot

Belle unanimité à la mairie de Montréal pour exiger une révision du projet de réaménagement de l’échangeur Turcot. Ça m’a permis de me rappeler que je suis un diplômé de cycle supérieur en urbanisme et que je n’ai pas vraiment d’opinion sur l’échangeur Turcot.

On doit choisir entre la qualité du milieu de vie et le confort de l’automobiliste? Pourquoi ne pas développer un système de transport qui donnerait envie aux banlieusards de ne pas prendre leur char? Nos politiciens n’osent pas. Je vais leur acheter un billet de 6/49, on ne sait jamais.

Je verrais bien tous les paliers de gouvernement s’entendre pour revoir l’échangeur Turcot à la manière du viaduc Saint-Joseph / Iberville, mettons. Un chef-d’oeuvre d’angles morts. Presque jamais congestionné.

En plus, il y a un Maxi juste à côté avec une ambiance du tonnerre et du jambon haché pas piqué des vers.

7. Virginie, the novel

Ça l’air qu’ils ont sorti les romans du téléroman Virginie. Ça me touche parce que j’ai l’impression d’en connaître déjà l’histoire à force de voir les petits teasers qu’on nous offre pendant le Téléjournal de 18 h.

C’est l’histoire d’une école secondaire possédée par le démon sur laquelle tous les fléaux s’abattent: incendies, viols, fusillades et réformes scolaires. On y trouverait même des homosexuels, à ce qu’il paraît. Ils auraient pu résumer ça sur Twitter plutôt que d’en faire un roman…

8. Canadien

Tant qu’à ça, pourquoi ne pas adapter le début des «séries minatoires» du Canadien pour en faire un roman de capes et d’épées ou quelque chose comme ça? À voir la joie dans les fanions de l’amateur, on en arrive presque à croire que le Canadien a terrassé un dragon.

Je ne comprendrai jamais la folie partisane. Bien sûr que j’aime Canadien, mais faut pas virer fou.

Je n’adhère pas à beaucoup de causes, mais si j’avais à choisir, il me semble que je ne ferais pas le trottoir pour des bouts de chiffons rouges, comme dirait l’autre. Pourtant, ça touche tout le monde.

J’ai même vu dans une vidéo de Jean-Charles Lajoie (le Glenn Beck de CKAC Sports), un gars avec qui j’ai étudié et qui termine son doctorat sur le patrimoine religieux. Il était là, au pied de l’oratoire et à genoux devant l’animateur, implorant le Bon Dieu pour que son équipe préférée l’emporte. De la recherche-action, je présume.

Le pire, c’est que ça a fonctionné.

9. Big Brother

Mais le clou du mois d’avril est sans contredit la tournure qu’a prise la télé-réalité Big Brother alors que les participants ont profité du laboratoire que constitue l’émission pour mettre au point, à l’aide des balises démocratiques dictées par l’émission, une solution pour éliminer la faim dans le monde.

Meuh non… poisson d’avril.


Collaborez, vous aussi, au magazine P45, ou envoyez-nous vos idées pour les chroniques Approuvé-réprouvé ou encore P45 hebdo: courrier [à] p45.ca.

Discussion

Appréciations
Tweets
2 commentaires
  1. LsD says:

    “comme ils gagnaient leur vie à faire croire que Second Life était une merveille il y a deux ans.”

    Priceless!

  2. fg says:

    Génial, ce commentaire concernant Second Life. Ça me rassure de ne pas être seul à avoir noté ce détail. Spécialiste en culte de personnalité davantage qu’en médias sociaux à mon avis.

Commenter