Le grand cahier

Numéro 47

6 au 12 octobre 2006

Un texte de
Daviel Lazure Vieira

Publié le 6 octobre 2006 dans
Culture, Livres

Le grand cahier

Décidément, parler d’amour est en vogue.

Et s’il s’agit d’un amour impossible, c’est encore mieux. Amélie Nothomb, abonnée à la rentrée littéraire française, prolifique auteur de quatorze romans, en a fait le thème de son dernier cru de l’année, sobrement intitulé Journal d’Hirondelle, une plaquette d’un peu moins de cent cinquante pages.

Si Acide sulfurique en avait déçu plusieurs l’an dernier, la presse reste partagée par ce nouvel ouvrage, qui, sans accoter des pièces maîtresses de son répertoire (Stupeur et tremblements, Métaphysique des tubes), parvient tout de même à surpasser les quelques livres négligeables de sa bibliographie (Péplum, Robert des noms propres).

Le narrateur est un tueur à gages changeant de prénom lorsqu’il change d’identité, comme pour devenir quelqu’un d’autre, repartir à neuf. Suite à une relation affective désastreuse, il a un jour décidé de ne plus rien ressentir, de «tuer ses sensations», bref, de mourir de son vivant, sans éprouver ni mal, ni joie, ni tristesse, ni bonheur.

À l’exception d’une seule chose: le plaisir de tuer. Son métier fait raviver chez lui des sentiments troubles, sexuels et orgasmiques, tout comme la musique de Radiohead. Puis on lui confie un jour une mission particulière qui changera le cours de son existence, grâce à des mots, à un journal écrit par une jeune adolescente.

Histoire brève et fiévreuse d’une passion, d’un mystère et d’une obsession amoureuse, de la folie à la mort, Journal d’Hirondelle se termine en apothéose, après avoir été alourdi par quelques dizaines de pages au départ.

C’est ce qu’il y a de bien chez Amélie Nothomb: son rendez-vous annuel auquel elle nous convie est parfois ennuyant, parfois génial, mais très souvent improbable et c’est cette propension à la surprise et à l’inhabituel qui nous incitent, chaque année, à la retrouver avec curiosité pour voir jusqu’où elle est prête à aller.

Journal d’Hirondelle, d’Amélie Nothomb, Albin Michel, 2006.


Collaborez, vous aussi, au magazine P45, ou envoyez-nous vos idées pour les chroniques Approuvé-réprouvé ou encore P45 hebdo: courrier [à] p45.ca.

Discussion

Appréciations
Tweets
Sans commentaire

Nous sommes désolés, il n'est pas possible de réagir à cet article pour le moment.