Les 10 albums de l’année classés selon les catégories populaires habituelles

Numéro 36

2 au 15 décembre 2005

Un texte de
Julien Cayer

Publié le 2 décembre 2005 dans
Culture, Musique

Et ça commence avec «Les albums qu’on attendait avec une brique et un fanal»…

Les albums qu’on attendait avec une brique et un fanal.

Bloc Party1. Bloc Party – Silent Alarm (Vice Records)

On les présentait comme les prochains Franz Ferdinand. Loin de décevoir, ils ont livré une meilleure suite aux dandies anglais qu’eux-mêmes l’ont fait avec You Could Have It So Much Better with Franz Ferdinand.







Wolf Parade2. Wolf Parade – Apologies To The Queen Mary (Sub Pop)

À l’heure actuelle, le ¾ des groupes montréalais doivent encore être en train de vérifier s’ils n’ont pas partagé un casier ou suivi des cours prénataux avec un membre d’Arcade Fire tant leur nom a donné le coup d’envoi formidable à celui de Wolf Parade au moment du lancement de leur disque, qui du reste se classe parmi les meilleurs de 2005.







L’album pas trouvable

Clap Your Hands Say Yeah3. Clap Your Hands Say Yeah – Clap Your Hands Say Yeah (Indépendant)

C’est une honte que cet album n’ait pas encore la distribution qu’il mérite. De l’indie pop, on aime bien, mais quand un groupe de Brooklyn avec tel succès critique n’est disponible que sur importation, on se demande à quoi cela peut bien servir d’être indépendant.





L’album pas trouvable mais c’est parce que les droits ne sont pas payés

Cuizinier4. Cuizinier – Pour les filles (Disques Primeurs)

C’est comme un album de TTC, mais c’est mieux parce que c’est sans les contraintes légales habituellement liées à la sortie d’un disque comme payer des droits d’auteurs. Toute la liberté pour plus de plaisir.







Les albums folks (mais c’est bon là)

Devendra Banhart5. Devendra Banhart – Cripple Crow (XL Recordings)

Cet être hirsute à la voix singulière m’a donné le goût de plonger dans son folk lo-fi alors que l’automne arrivait à grands pas et que la musique pour accompagner la préparation de potages se faisait rare.







Bright Eyes6. Bright Eyes – I’m Wide Awake, It’s Morning (Saddle Creek)

L’approche très intimiste de Conor Oberst séduit du premier coup sans tomber dans la ringardise qui pourrait guetter un artiste à la démarche artistique aussi vraie. Du folk pour tous.







L’album le plus efficace avec de la drogue

Animal Collective7. Animal Collective – Feels (Fat Cat)

Sans commentaires.









Les albums que tu dis pas que t’aimes à tes chums de gars

Plans8. Death Cab For Cutie – Plans (Atlantic)

Malgré leur signature sur une major du disque et leurs apparitions sur les compiles The O.C, on aime encore leur pop-emo toute en douceur.







Malajube9. Malajube – Le Compte Complet (Dare to Care Records)

Ces Québécois ne sonnent tellement pas comme des artistes québécois qu’on est prêt à leur pardonner leurs histoires de jujube sur leur cœur qui bas trop fort fort fort…







L’album de l’année (ben oui y’en faut un)

Philippe Katerine10. Katerine – Robots Après Tout (Universal)

Cet artiste francophone se permet une bonne longueur d’avance non seulement sur ses compatriotes mais sur la musique en général. Il mérite bien cette petite accolade.










Collaborez, vous aussi, au magazine P45, ou envoyez-nous vos idées pour les chroniques Approuvé-réprouvé ou encore P45 hebdo: courrier [à] p45.ca.

Discussion

Appréciations
Tweets
Sans commentaire

Nous sommes désolés, il n'est pas possible de réagir à cet article pour le moment.