Les scientologues débarquent à Québec

Numéro 177

12 au 17 février 2010

Un texte de
Marie-Claire Fisher

Publié le 12 février 2010 dans
Récit, Société

Les scientologues débarquent à Québec

On attendait Tom ou John pour l’inauguration de la nouvelle église de scientologie à Québec… on aura finalement eu droit à France «Vivante!» D’Amour venue chanter les louanges de la dianétique.

En un an, les fidèles ont investi plus de 6 millions de dollars pour créer cet immense temple du kitsch et de la foi qui rassemble sous un même toit académie sciento, salles d’audition, sauna de purification et bureau fantôme pour monsieur Hubbard, au cas qu’il revienne, tsé.

Il devait faire -40 et ils étaient tout de même des centaines de scientologues massés sur un tronçon de la rue Saint-Joseph fermé pour l’occasion à attendre le début de cette grande messe en plein air. On est le samedi 30 janvier 2010.

Un grand portrait de Lafayette Ronald Hubbard, créateur devant l’éternel de cette grosse machine à sous, veillait sur une foule majoritairement anglophone, venue d’un peu partout en Amérique du Nord, trop contente d’arriver en même temps que l’ouverture du Carnaval.

Sourires éclatants, beaucoup de fourrures, tuques blanches et moches à l’effigie de l’Église et gros confettis bling bling: tout y était pour donner froid dans le dos à ceux qui, comme moi, craignent les rassemblements de croyants trop motivés.

100212_sciento2.jpg

Des «My God, it is so nice» rivalisaient avec des «C’est enfin le grand jour!» alors que je me réfugie dans un commerce pour observer cette foule de plus en plus compacte.

Caméramans, photographes, éclairagistes et preneurs de sons dans leurs costumes de ninja… les scientologues ont mis le paquet pour produire du matériel promotionnel qu’ils pourront présenter à leurs amis du monde entier, et même, pourquoi pas, à la petite Suri quand elle sera déprimée.

À travers ma vitrine, j’observe la foule pour faire un portrait type du scientologue 2010:

1. Le scientologue est souriant en tout temps, il a un beau teint égal et vous regarde l’air de dire «hé hé, viens donc visiter notre nouveau sauna!»

2. Le scientologue est un être profondément social qui exprime sa foi sans complexe. La scientologue, elle, est affectueuse, parle très fort, a beaucoup d’argent et aime le montrer à ses amies.

3. Et, finalement, leurs enfants ont ce petit quelque chose d’agaçant dans les yeux qui semble dire «moi j’ai compris…» Et ça, c’est ben ben tannant.

On le sait, l’empire Hubbard ne s’intéresse pas aux pauvres, il est beaucoup plus Burberry que Croteau et plus John Galliano que Yellow. Bien que l’Église ait envoyé des dizaines de ministres volontaires guérir d’un simple toucher les victimes du séisme à Port-au-Prince, on doute qu’elle soit ici en mission d’aide humanitaire.

Alors, pourquoi avoir choisi Québec?

Vous allez voir, l’explication est assez simple…

Les scientos ont rouvert leur église une semaine avant l’arrivée d’un autre sauveur ici: Clotaire Rapaille. Ce fin psychiatre français, engagé à grands frais par le tout-puissant Labeaume, s’est donné comme mission de trouver le «Code de Québec» en faisant appel au «cerveau reptilien» de ses habitants.

Depuis, la ville entière s’est lancée dans la recherche frénétique d’un nouveau slogan pour la Vieille Capitale.

Ainsi, après mon palmarès des Grandes Idées de Slogans tirées des lettres de lecteurs du Soleil:

1. «Québec, c’est super!»

2. «Québec, yesss! Oh là là!»

3. «Québec, c’est capital!»

Voici le scoop: la réincarnation d’Hubbard, c’est Rapaille. En moins chubby.

La preuve ici:

100212_sciento1.jpg


Collaborez, vous aussi, au magazine P45, ou envoyez-nous vos idées pour les chroniques Approuvé-réprouvé ou encore P45 hebdo: courrier [à] p45.ca.

Discussion

Appréciations
Tweets
1 commentaire
  1. melmarquis says:

    De loin, sur la photo principale, Hubbard a des airs de Guy Cloutier, ne trouvez-vous pas?

Commenter