Mister Cold, conseiller municipal

Numéro 119

6 au 12 juin 2008

Un texte de
Melle b. Miller

Publié le 6 juin 2008 dans
Chroniques, La chronique de quartier

Mister Cold, conseiller municipal

En huit ans de relation quasi fusionnelle je n’ai eu qu’une incartade. Je l’avais quitté pour un autre dans un élan impulsif que j’avais regretté instantanément. Un an d’exil dans Rosemont m’avait convaincue. Re-louer un U-Haul 17 pieds, parcourir à sens inverse le 0,7 km qui me séparait de la voie ferrée de frontière et rentrer, enfin, chez moi.

Pas d’auto. Je marche. Continuellement. Bien contente depuis qu’il fait 1,40 le litre, le fuel. J’ai à ce point marché dans les rues de ce quartier-là que j’ai un peu l’impression d’y être cousue, tricotée; petite maille du tissu social.

C’était dimanche, donc, et je me promenais le runningshoe sur la Main puis j’ai entendu la voix de Mister Cold. 28 ans. Paquet d’os. Pas mal poqué.

«Ma beeeelle?

Re-ma be-eeelle? Voix pas douce, dissonante. Adjacent crécelle. Mais familière. Depuis 8 ans, je m’appelle Mabeeelle.

— Mouiiii?

J’ai dans la poche, pas un sou, juste deux films en retard. Pas de dons, donc. Ma belle, ma belle qu’il me dit, je veux juste te parler. Akay. J’avais Mathilde de l’autre bord de mon cellulaire; je lui demande d’attendre.

Il se lance:

«Tu sais, ton chum… Sourcil pointu dans ma face, il re-phrase. Ben le gars que tu fréquentes, avec qui je t’ai vu, jeudi… Approbation du sourcil… Je trouve que c’est le mieux depuis longtemps. L’air d’un bon gars. Je me souviens de tu-sais-celui-avec-les-cheveux-rasés…»

Comme ça, pendant 10 minutes. Dissection fascinante de ma vie affective par un résident de la Main. Une rétrospective des 8 ans de balades sur cette rue par l’œil d’un gars qui voit la vie à la hauteur des genoux. Je l’ai laissé tourner librement les pages d’un album photo qu’il était seul à voir. Parce que bon, il a vu plusieurs entrefilets de ma vie, 2-3 faits divers aussi.

La thérapie la moins chère de la ville.

Un croisement entre Lucy de Charlie Brown qui vend ses conseils contre un 5 sous glissé dans une conserve, le courrier du cœur d’une revue cheap et un combo psy-divan-kleenex-analyse cognitive à 90$ l’heure. Je lui ai passé Mathilde qui se demandait justement si elle allait le rappeler, et, si oui, est-ce que c’est vrai qu’il faut attendre trois jours?


Collaborez, vous aussi, au magazine P45, ou envoyez-nous vos idées pour les chroniques Approuvé-réprouvé ou encore P45 hebdo: courrier [à] p45.ca.

Discussion

Appréciations
Tweets
Sans commentaire
  1. Mr. Brown says:

    Ce projet commence très bien Miss Miller et Charlotte.

    Longue vie à vos histoires photographiques…

Commenter