P45 a le kick sur… Laurie Taylor, l’animateur de Thinking Allowed

Numéro 105

29 février au 6 mars 2008

Un texte de
Véronique Boisjoly

Publié le 29 février 2008 dans
Chroniques, P45 a un kick sur...

P45 a le kick sur… Laurie Taylor, l’animateur de Thinking Allowed

Ben oui, il est assez vieux pour être notre grand-père. Pis après? Nous, à P45, on craque pour le contenu, pas pour la forme; ce qui explique en partie que cette semaine, P45 a un gros kick sur Laurie Taylor. Voici 5 raisons de télécharger son émission et de lui faire une place dans votre grille horaire personnelle.

1. Laurie, c’est un Jacques Languirand, version anglaise.
Donc si l’un vous déplait, vos chances de tomber amoureux avec l’autre sont plutôt minces. Sauf si c’est sur le plan du sourcil que le second vous agace. Sinon, les deux ont une formation d’acteur, sont curieux, taquins, vifs d’esprit et s’expriment avec passion. Laurie est juste un peu moins éso.

2. Avec Laurie, on parle de tout.
On se questionne sur la xénophobie des Français, le pourquoi on coupe les sandwiches en rectangles ou en triangles, la peur des hoodies (oui, les gilets à capuchon!), la part de féministes dans le burlesque ou la date de la prochaine fin du monde. À ce sujet, pour ceux qui se demandent, chez nos voisins du sud, on parle du 20 novembre 2008. Préparez le bunker et priez. Vous aurez été prévenus.

3. On adore son accent anglais et sa façon de s’exprimer avec intensité.
À force d’écouter ses entrées en matière en début d’émission, où il prend le temps de prononcer chaque syllabe, de les étouffer ou de les étirer comme elles doivent l’être, on espère améliorer notre accent tonique en anglais sans avoir à recourir à d’autres techniques moins stimulantes. Avec Thinking Allowed, on joint l’utile à l’agréable.

4. Son audace et son sens de l’humour typiquement anglais.
Il peut nous laisser en attente une semaine avec une requête farfelue servie en guise de conclusion: «Promettez-moi de porter un porte-jarretelles et un boa la semaine prochaine pour écouter l’émission. […] Don’t even ask!» Pas de fous rires à la Languirand, non. Mais des sourires en coin comme on les aime à P45. Laurie, c’est vrai qu’entre toi et tes invités, des intellos souvent trop sérieux ou carrément coincés, le contraste (toujours de bon goût) est sans appel.

5. On aime son petit nom.
Laurie, est-ce un diminutif pour Lawrence? En tout cas, Laurie c’est doux et ça te rajeunit. Parce que pour tout dire, la forme, ça compte quand même un peu. La vérité, c’est qu’on aime aussi ça t’entendre commencer ton émission par: «I’m Laurie Taylor and thiiiiis is BBC Radio Foouuur» – question de réputation et de dépaysement.

Lien vers le site et la balado de Thinking Allowed.


Collaborez, vous aussi, au magazine P45, ou envoyez-nous vos idées pour les chroniques Approuvé-réprouvé ou encore P45 hebdo: courrier [à] p45.ca.

Discussion

Appréciations
Tweets
Sans commentaire

Commenter