P45 a testé pour vous: Alina Kabaeva dans le film Red Shadow

Numéro 113

25 avril au 1er  mai 2008

Un texte de
Xavier K. Richard

Publié le 25 avril 2008 dans
Chroniques, P45 a testé pour vous

P45 a testé pour vous: Alina Kabaeva dans le film Red Shadow

Divorcé depuis deux mois, Vladimir Poutine aurait une nouvelle élue dans son coeur: Alina Kabaeva, une gymnaste émérite de 25 ans. Doublement élue, dirions-nous, puisqu’elle a récemment été élue députée dans le parti de Poutine.

Très populaire en Russie, elle a aussi joué les actrices dans un film de kung-fu japonais, Red Shadow (2001), dans lequel elle incarne une ninja russe du nom d’Olga.

Si l’homme de fer Vladimir Poutine a été séduit, on ne demande pas mieux nous-mêmes. Pour ce faire, nous avons testé sa performance de ninja dans le film Red Shadow.

L’action se passe en l’an 535 avant J.-C., où trois ninjas remplissent différentes missions pour le compte de leur maître au dessein pacifiste, mais qui porte assez mal la perruque.

1. L’entrée.

Alina se présente à nous à la 15e minute du film. Elle jongle avec un ballon pour amuser son maître. Jusqu’ici, le ballon, ça nous laissait assez froids, surtout accompagné de pincements de cordes de violon. Mais Alina est souple, très souple. Alina sourit aussi. Elle sourit tout le temps. C’est un peu son métier aussi, ce qui la rend attachante. Mais le ballon, non.

2. La présence.

Le film est 100 % japonais. De voir surgir cette gymnaste russe au début du film laisse présager qu’elle reviendra plus tard dans le scénario… Un élément de surprise à venir donc. Comme les scénarios japonais avec des ninjas sont particulièrement redondants, on a hâte de la revoir.

3. La maîtrise du nunchaku.

Convaincante. À son retour dans son rôle de ninja, Alina assomme un gros gars avec un seul coup de nunchaku. Même Guillaume Lemay-Thivierge n’aurait pas mieux fait. Mais la violence, c’est mal. On aurait pu l’imaginer plus délicate.

4. Le costume.

Rassemblez du cuir, une Russe avec les cheveux attachés et un couloir sombre de palais médiéval japonais, et vous aurez la pire scène du film. Le cuir, c’est jamais une bonne idée pour nous rendre sympathiques les gens. On sait ce que ça a donné pour Marjo.

5. La fuite.

Alina intervient dans le film à un moment crucial et sauve les deux héros. Donc, au fond, c’est une gentille. Sans dire un mot, elle leur fait un sourire et fuit en faisant des roulades. On soupçonne que c’est son moyen de locomotion au quotidien. Ça reste gênant.

6. Le silence.

Alina ne dit pas un mot dans ce film. Dommage, elle aurait pu se révéler comme autre chose qu’une cruche. En même temps, ce silence est rassurant dans ce film, dont le générique défile au son d’un solo de guitare électrique sur fond de soleil couchant…

D’après nous, ce rôle, c’est ce qui a charmé Vladimir Poutine: le rôle d’une ninja russe, souple, vertueuse, souriante, un peu cruche, un brin saltimbanque et qui revêt le cuir. Nous, c’est pas notre genre.

Note finale:

4/10


Collaborez, vous aussi, au magazine P45, ou envoyez-nous vos idées pour les chroniques Approuvé-réprouvé ou encore P45 hebdo: courrier [à] p45.ca.

Discussion

Appréciations
Tweets
Sans commentaire
  1. Véro.b says:

    J’adore la photo! (Pas celle du film, celle avec Vladi et Ali…)

Commenter