P45 a testé pour vous: Come 2 Me, le parfum de Garou

Numéro 186

30 avril au 6 mai 2010

Un texte de
Julien Cayer

Publié le 30 avril 2010 dans
Chroniques, P45 a testé pour vous

P45 a testé pour vous: Come 2 Me, le parfum de Garou

Eh oui, le gentleman-cambrioleur lance son parfum, Come 2 Me. Voici ce qu’en dit son site web:

Créatif et homme de partage, Garou a été approché par des experts renommés de la Haute Parfumerie Française pour élaborer un parfum à son image, au caractère bien trempé, SÉDUCTEUR, MAGNÉTIQUE, SENSUEL et ANIMAL…

À P45, on est plutôt du genre curieux (et du genre qui sent bon). On a donc voulu en savoir plus. Direction: Jean Coutu, qui tient le produit en exclusivité.

Arrivé à la «pharmacie», le gars en moi qui n’a pas magasiné de parfum depuis l’âge de 14 ans (CK One – ma folle jeunesse à Longueuil) apprend comment ça marche:

1. Le service est vraiment rapide dans le rayon des cosmétiques. Le rédacteur en chef de P45 et moi sommes là que depuis 15 secondes que déjà une préposée nous demande si elle peut nous aider. Je ne me souviens pas avoir été aussi bien servi au comptoir des prescriptions.

2. La fille connaît vraiment son produit. Ou du moins, c’est l’impression qu’on a jusqu’à ce qu’elle nous montre l’envers de l’affiche du parfum et que l’on constate qu’elle n’a pas senti elle-même les notes de lavande, de prune et de bouton de rose. C’est écrit en arrière.

3. Deux gars qui posent des questions ensemble sur le parfum de Garou, ça laisse planer des doutes sur notre orientation sexuelle. On précise rapidement qu’on fait une enquête pour un magazine. La fille ne dit pas «Fugues?» spontanément, mais elle ne doit pas en penser moins.

Je m’asperge le poignet, puis le frotte dans mon cou pour répartir l’odeur. Je n’ai jamais trop compris pourquoi on commence par le poignet (on a-tu des glandes sudoripares là?), mais je décide de faire comme tout le monde. Première impression: correct. Come 2 Me sent un peu sucré, mais ça passe encore.

Je sors ensuite dans la rue pour tester la chose. Le rédacteur en chef de P45 sera mon témoin. On décide de répartir notre «étude» en quatre points, tel que suggéré par la personnalité de Garou lui-même:

1. Séducteur
2. Animal
3. Sensuel
4. Magnétique

1. Séducteur

Je m’approche discrètement de deux filles qui attendent l’autobus en fredonnant Gitan:

Vivre ma vie comme un gitan
Avoir la musique dans le sang
Et pour l’amour n’avoir dans la peau
Qu’une seule femme à la fois

Bon, elles sont deux. Tant pis, elles se battront pour mon corps. Le vent souffle du bon côté, ça devrait être facile. Je leur jette de brefs regards. Rien. Je chante un peu plus fort. Rien. J’ouvre mon manteau pour mieux laisser s’échapper les effluves.

Résultat: Fuck all. Je m’en vais en chantant Seul:

Celui qui n’a jamais été seul
Au moins une fois dans sa vie
Seul au fond de son lit
Seul au bout de la nuit

2. Animal

Comme une panthère, je retourne vers les proies à pas feutrés en murmurant Que l’amour est violent:

Tu me rends jaloux, me rends fou
Je tire sur le premier qui bouge
Prends garde à moi quand je vois rouge
Même si je suis doux comme un loup

Rapide comme un guépard, je suis déjà derrière l’oreille de ma pâture. Je lui miaule dans l’oreille. Rien. Je lui grafigne la sacoche. Rien. Je pousse un rugissement. Elle me crie: «C’est quoi ton problème, osti de cave?»

Résultat: Niet. Je pense que je vais retourner dans ma tanière. Je m’en vais en criant un autre bout de Que l’amour est violent (qui est décidément une chanson au texte inspirant):

Et juste au moment où j’étais bien tout seul
Tu m’arrives comme un coup d’poing sur la gueule
L’autoroute de ma vie filait tout droit devant
Notre rencontre est un accident
J’ai envie de crier comme un nouveau-né
De hurler comme un animal traqué

3. Sensuel

Ragaillardi par une nouvelle snif sur mon poignet (c’est assez intense comme odeur, finalement), je reviens, languissant et suave, vers les deux petits cœurs qui attendent l’autobus en chantant Et si on dormait:

J’ouvre un oeil sur notre monde
Pyromanes et poseurs de bombes
Sur l’écran plat de ma télé
Je vois des gens mourir en vrai

À proximité des deux filles, j’entonne le mantra qui me permettra de les conquérir: je répète d’un ton grave et guttural «Come 2 Meeeeeee», «Come 2 Meeeeeeeeeeeeeee», «Come 2 Meeeeeeeee». Rien. Je réessaye mon mantra en plissant des yeux. Rien. J’ajoute quelques mouvements du bassin. Rien.

Résultat: Coudonc’! C’est quoi le problème? Je retourne dans mes quartiers, déçu, en entamant Pendant que mes cheveux poussent:

Je peux faire croire que j’aime tout le monde
Pendant que mes cheveux poussent
Ou je peux juste me taire et vraiment essayer
Laisser mes cheveux de côté

4. Magnétique

C’est ma dernière chance. La ultima esperanza. L’autobus s’en vient. Il n’y a pas de temps à perdre. Je cours vers elle, armé de la chanson Lis dans mes yeux:

La ville n’est pas faite pour elle
Ni les honneurs ni les diamants je le sais bien
Alors je brûle des chandelles
Pour éclairer sa course
Jusqu’aux lignes de ma main

Pas de chance, je suis trop magnétique. J’emboutis l’arrêt d’autobus, qui n’est pas fait en bois. Il me garde dans ses serres métalliques. Je suis emprisonné (et je commence à écrire en métaphores).

Résultat: Merde. Les filles sont parties. Je suis toujours pris sur le poteau. Il ne me reste qu’à me bercer avec Gambler:

Un jour je me lève millionnaire
Le soir je suis sans pied-à-terre
Alors je joue ma dernière chance
Juste avant la déchéance
Rien n’va plus
J’ai perdu

Un texte de Julien Cayer avec la précieuse collaboration de Xavier K. Richard, Catherine Bélanger et Marine Fleury.


Collaborez, vous aussi, au magazine P45, ou envoyez-nous vos idées pour les chroniques Approuvé-réprouvé ou encore P45 hebdo: courrier [à] p45.ca.

Discussion

Appréciations
Tweets
4 commentaires
  1. La lecture de votre expérience m’a fait beaucoup rigoler!

    Lâchez pas!

    Sophie

  2. Cindy T. says:

    Ha!ha!ha!ha!ha!ha!ha!ha!ha!ha!ha!ha!ha!ha!ha!ha!ha!ha!ha!ha!ha!ha!ha!
    Cindy

  3. Roland says:

    Excellent reportage sur le terrain! Et pour ce qui est du poignet, j’avais entendu dire que c’est parce que la chaleur corporelle est plus haute car il y a des veines importantes qui passent par là. Qui dit veine dit circulation de sang (chaud) donc température plus haute. Et les parfums s’expriment mieux quand la peau est plus chaude, un peu comme quand on chauffe les épices pour faire un bon cari, par exemple.

  4. Lada says:

    Moi j’aurais succombé du premier coup!
    Je sens presque l’odeur en lisant ce billet! ;)

Commenter