P45 a testé pour vous: l’audioguide de l’UQAM

Numéro 108

21 au 27 mars 2008

Un texte de
Xavier K. Richard et Catherine Bélanger

Publié le 21 mars 2008 dans
Chroniques, P45 a testé pour vous

P45 a testé pour vous: l’audioguide de l’UQAM

Candidement, P45 a testé pour vous l’audioguide destiné aux nouveaux étudiants de l’UQAM. On en profite pour prendre le pouls de la grogne estudiantine, équipés d’un iPod ainsi que d’une clef à molette.

1. Le contexte

La semaine dernière, la Cour supérieure a adressé une injonction à quatre associations étudiantes de l’UQAM. Elle ordonne aux membres des associations en grève de cesser toute forme d’obstruction et de s’abstenir d’intimider, de menacer, d’importuner, de molester ou de séquestrer le personnel de l’UQAM dans leur démarche de contestation du plan de redressement des programmes offerts par l’université…

On ne saurait assez vous conseiller d’apprendre à vous orienter et à décoder les numéros de portes en suivant les indications de l’audioguide. Un visiteur égaré peut, à tout moment emprunter, un corridor sombre et tomber face à face avec un étudiant rebelle prêt à le molester.

2. Choix de point de départ: coin Sanguinet et Sainte-Catherine

On parle du défunt bar de danseurs le 281, local où logent désormais les studios de la radio CHOQ.fm. Puis on traverse la rue. C’est la partie facile de l’audioguide. Bon choix pour l’étudiant chinois qui, selon sa culture, pourrait être tenté de suivre l’audioguide en tournant sur lui-même.

Beaucoup moins de klaxons et de bruits de la rue en réalité que ce que l’on peut entendre sur l’audioguide. Quand même, restent à venir en après-midi des manifestations d’étudiants qui en feront klaxonner des voitures, eux-autres.

3. Les explications à propos des services du pavillon J.-A. De Sève

«Aaaah! Le son du métal.» Effectivement, nos pieds font le même bruit que ceux des animateurs qui grimpent les marches métalliques du pavillon J.-A. DeSève. C’est par contre moins jouissif que ça en a l’air sur l’audioguide.

p_uqam6.jpgOn prend une photo drôle de ce que l’audioguide ne semble pas avoir vu. Probablement de façon délibérée, nous dit une étudiante aux rastas interrogée sur la question. Selon ses sources, l’UQAM ferait de la propagande subconsciente partout. Même à travers son audioguide? Même à travers son audioguide.

Plein d’étudiants internationaux donc, mais pas de musique internationale quand on ouvre les portes. Le soutien psychologique était fermé, mais on n’aurait pas pu écouter la séance de consultation en cours, anyway, vu le caractère privé de la chose.

Donc, évitez d’ouvrir les portes avec l’oreille tendue, vous pourriez avoir l’air cave.

3. Le passage par le sous-sol

p_uqam2.jpgPas de trafic avec ces sons de petites voitures électriques qui dérapent dans une courbe. On soupçonne les animateurs de l’audioguide de vouloir semer un climat de panique pour mieux favoriser le contrôle capitaliste des esprits malléables des étudiants. Mais c’est de la pure spéculation.







4. Les associations étudiantes

p_uqam5.jpgLe grand corridor. Jeux de mots avec Laurence Jalbert. Dans le pavillon Hubert-Aquin, on croise un kiosque où un latino gay se trémousse. Nulle trace de Laurence Jalbert.

Puis on tombe sur un clown, non mentionné non plus dans l’audioguide. Des hippies assis en rond en train de faire des pancartes, un punk en train de faire un mohawk à un autre… La tension monte, et les animateurs de l’audioguide sont déjà rendus loin. Lorsqu’on stoppe l’audioguide, ils sont en train de boire une bière au «Grimwère» en regardant un match de hockey.

5. Objets trouvés

Au début du parcours, nous étions tombés sur un carré rouge, symbole de la contestation des étudiants, enfoui dans la neige. Nous l’avons rapporté au bureau des objets perdus, ravis de faire un bon geste.

6. La moustache de Georges Leroux

Le professeur et philosophe semblait intéressé par les derniers développements des réclamations des étudiants. C’est l’occasion pour le visiteur d’avoir une vraie bonne discussion sur la vie comme sur l’entretien qu’exige une belle moustache. Dommage que l’audioguide n’en fasse pas mention. On soupçonne les animateurs de l’audioguide de ne pas avoir de moustache, ou d’avoir quelque chose contre les moustaches. Dans les deux cas, ce n’est pas très honorable puisque la moustache est très prisée chez les étudiants militants.

7. Frais cachés

p_uqam4.jpgNous avons dû déposer 1 $ dans la tirelire d’un étudiant pauvre croisé au quartier général des grévistes. C’était ça ou courir le risque d’être molestés.









8. L’humour

p_uqam1.jpgL’audioguide est un prolongement des slogans juvéniles des manifestants de l’UQAM. Les murs en sont tapissés. Certains slogans semblent même avoir été faits par des enfants (crayons de couleurs, fautes d’orthographe, typo enfantine…).

Parfois, ils sont sobres, mais tout aussi juvéniles. Parfois, ils ont juste le bon ton. Par souci de concordance donc, l’audioguide reste une bonne référence pour se familiariser avec l’humour de l’uqamien moyen. Peut-être même que vous pourrez rire d’une de leurs blagues.

9. Note finale: 8.7/10

Dans l’audioguide, on nous apprend où faire une demande de subvention pour la création d’une murale en papier mâché et juste pour ça, on aurait donné une note parfaite.

Mais le parcours proposé dans l’audioguide ne prévoit aucun arrêt au café Aquin. Or, dans ce café, on fait la rencontre d’une employée qui se trimballe avec une fausse perruche sur l’épaule ainsi que nombre d’étudiants sans chaussures. Pour le visiteur, ça a tout d’une attraction essentielle.

Par Catherine Bélanger et Xavier K. Richard.


Collaborez, vous aussi, au magazine P45, ou envoyez-nous vos idées pour les chroniques Approuvé-réprouvé ou encore P45 hebdo: courrier [à] p45.ca.

Discussion

Appréciations
Tweets
1 commentaire
  1. Charles says:

    Héhéhexcellent

Commenter