P45 a testé pour vous: vivre 2 mois sans frigo

Numéro 121

20 au 26 juin 2008

Un texte de
Véronique Boisjoly

Publié le 20 juin 2008 dans
Chroniques, P45 a testé pour vous

P45 a testé pour vous: vivre 2 mois sans frigo

L’idée de vivre sans frigo ne m’est pas venue en lisant le site Approches pour une connaissance de l’orgone, qui donne des trucs pour vivre sans lunettes de soleil, sans micro-ondes ou sans frigo. Ni par souci écologique.

Un frigo devenu insupportablement bruyant rend finalement l’âme. La période qui suit mélange sentiments de deuil et de soulagement. Perplexe, je ne réussis pas spontanément à jeter mon dévolu sur un modèle en inox payable en trente-six versements sans intérêts ou alors sur un modèle vintage usagé qu’on peut voir dans la vitrine d’Ameublement Elvis.

À deux mois d’un déménagement, je me dis que ce serait plus logique de vivre sans frigo que d’en acheter un au mois de mai pour le déménager plus tard. Avouons aussi que les «qu’est-ce que tu vas faire sans frigo?» jumelés à un esprit de contradiction m’ont quelque peu motivée à relever le défi.

Vivre deux mois sans frigo, le bilan.

1. Le silence
C’est quand il arrête de fonctionner qu’on se rend compte à quel point il était bruyant.

2. Take-out
L’excuse est facile pour acheter un truc déjà préparé sans trop se culpabiliser. Congé de cuisine, congé de vaisselle. On s’accroche au fait qu’on a considérablement réduit notre consommation d’énergie quand on se bute sur son bac vert qui déborde. On sourit quand les gens nous traitent d’hippie.

3. Pot luck
Les gens apportent plein de trucs. Vous insistez pour qu’ils repartent avec les restants douteux. Tout le monde est heureux. Vous n’êtes pas obligé de vous taper le même repas toute la semaine.

4. On mange toujours frais
À défaut de boire des boissons froides. On oublie le Gris de Cigare. Côté bouffe, on s’habitue à acheter juste ce qu’il nous faut. Ça fait moins de tupperwares à vider les yeux fermés.

5. Les économies
On réduit sa consommation d’électricité. Mais quand on fait les calculs, c’est peut-être pas assez pour couvrir les frais de toutes les bouteilles de vin qu’on doit offrir en échange de vrais repas maison chez les amis.

6. Le frigo des autres
On en profite. Au bureau, on a droit à toute la tablette du haut. Tout le monde a pitié.

7. Matière à alimenter les conversations
Vos amis sont déconcertés et sceptiques. Ils oublient que vous avez une intolérance au lactose et se demandent comment vous faites pour votre lait. Ils ont du mal à vous comprendre et vous situent soudainement dans une catégorie à part. À force d’arguments, vous arrivez à convaincre un ami de se départir volontairement de son frigo.

Note finale: 8/10


Collaborez, vous aussi, au magazine P45, ou envoyez-nous vos idées pour les chroniques Approuvé-réprouvé ou encore P45 hebdo: courrier [à] p45.ca.

Discussion

Appréciations
Tweets
3 commentaires
  1. Amélie says:

    Vous n’êtes pas obligé de vous taper le même repas toute la semaine… HUMMM…..
    Tu parles des bagels au saumon ou des pâtés des Copains d’abord?
    Cet argument n’est pas vraiment convainquant…

  2. gynocrate says:

    J’aime. Non, j’adore.
    De mon côté, je pourrais écrire un article sur P45 a testé pour vous: vivre avec deux frigos.

  3. On attends déjà «Vivre avec des hotpants».

Commenter