Petit train va loin à CIBL

Numéro 52

10 au 16 novembre 2006

Un texte de
Marie-Noëlle Legault

Publié le 10 novembre 2006 dans
Culture, Médias

Petit train va loin à CIBL

Pour la 26e année, CIBL organise son radiothon annuel, alors que la radio communautaire de Montréal se met en mode campagne de financement en vue du week-end du 10 au 12 novembre.

Au menu, rencontres inédites entre personnalités publiques, prestations musicales et le lancement de la biographie radiophonique de Louise Harel, député péquiste d’Hochelaga-Maisonneuve.

«C’est un cadeau que nous offrons à Madame Harel. Elle n’est pas étrangère au fait que CIBL ait survécu aux 25 dernières années, elle a toujours été derrière la station», dit Éric Lefebvre le directeur de la station communautaire.

Intitulée Louise Harel: la détermination tranquille, la biographie radiophonique composée de cinq émissions de trente minutes sera lancée à 14 heures le 10 novembre. Elle sera aussi diffusée sur les ondes d’autres stations radiophoniques et les deux disques regroupant les émissions seront mis en vente.

Pour sa part, le pow-wow annuel débute le vendredi dès 6h. Les animateurs bénévoles se verront jumelés à des personnalités publiques lors de leur émission et des prestations musicales ponctueront le radiothon. «C’est l’occasion pour les animateurs de faire leur meilleure émission», pense Éric Lefebvre.

Vendredi, de 11 h à midi, les échanges vont être musclés lors de La table des syndicats où l’ancien ministre Jean Cournoyer animera en compagnie de Simon Girard. L’animatrice de Fréquence libre sur les ondes de la Première chaîne de Radio-Canada et ancienne de CIBL, Monique Giroux, animera pour sa part le 4 à 7 en compagnie de Louis-René Beaudin. On pourra y entendre en performance musicale Marc Déry et les Breastfeeders, entre autres.

Les communautés culturelles auront une grande place lors de ce radiothon alors que samedi dès 16 h et jusqu’à dimanche 6 h, De toutes les couleurs laissera la place aux rythmes du monde. En clôture dimanche, les Moquettes coquettes animeront et l’équipe de Bande à part se joindra à celle de CIBL pour terminer le radiothon.

De longue haleine

Les animateurs de CIBL se divisent en deux catégories, que le jeune directeur appelle «les skieurs de vitesse et les skieurs de fond». Les premiers sont des jeunes avides d’apprendre qui s’impliquent à fond dans la station sur une courte période, tandis que les seconds sont des gens chevronnés qui sont au cœur de la station depuis de nombreuses années. Certains bénévoles s’y impliquent même depuis les tous débuts, il y a maintenant 25 ans.

«C’est une excellente école pour apprendre. L’équipe est patiente et fait tout pour te mettre en confiance. L’atmosphère est très conviviale», explique Rachelle McDuff, nouvelle chroniqueuse à l’agenda culturel les lundis à l’émission Le 4 à 6. De son côté, Stéphanie Blanchette profite de son expérience dans la station pour découvrir le monde de la radio et y faire ses premières armes dans le milieu. «La radio ne m’attirait pas particulièrement avant de faire mes débuts à CIBL. Plus ça va et plus je prends goût à m’exprimer derrière un micro.»

CIBL voit grand

Après avoir récolté 53 000$ l’an dernier, CIBL double les objectifs et tente maintenant de recueillir 100 000$. «Nous avons fait une précampagne auprès des gens d’affaires qui a déjà rapporté 37 000$», précise le jeune directeur de la station. Le site de petites annonces kijiji.ca a été mis à contribution pour une vente aux enchères où l’on peut miser sur une quarantaine d’items allant des certificats-cadeaux à une paire de billets aller-retour pour La Havane. La mise de fond ira entièrement pour le radiothon.

Avec la montée de la baladodiffusion et l’accessibilité d’Internet, CIBL doit se démarquer à travers la concurrence grandissante. «C’est de plus en plus difficile de conserver notre place. C’est sûr que n’importe qui peut diffuser sur Internet par exemple, mais je considère ça très différent d’être sur la bande FM. Il faut toutefois que l’on sache s’adapter», croit Éric Lefebvre.

Les dernières réflexions de l’équipe les amènent à croire que la station doit se centrer un peu plus sur l’information locale, tout en conservant son créneau de musique spécialisée. Les prochaines années permettront de voir si l’avenir leur donnera raison.


Collaborez, vous aussi, au magazine P45, ou envoyez-nous vos idées pour les chroniques Approuvé-réprouvé ou encore P45 hebdo: courrier [à] p45.ca.

Discussion

Appréciations
Tweets
Sans commentaire

Nous sommes désolés, il n'est pas possible de réagir à cet article pour le moment.