Station Villa-Maria

Numéro 41

3 au 30 juin 2006

Un texte de
Gabrielle Lecomte

Publié le 4 juin 2006 dans
Chroniques, Métrocritique

Station Villa-Maria

Situation géographique
Ligne orange, sortie sur Décarie, à côté d’un collège privé et d’un monastère qui s’appelle Monastère du précieux sang. Morbide. Nommée en l’honneur de la vierge Marie.

Climat

Pas trop mal pour une station aussi profonde. Au moins, on n’a pas peur. Mais peut-être qu’on devrait, parce qu’il paraît qu’il y a là plein de genres de pickpockets qui ne se donnent même pas la peine d’être galants et de te voler sans que tu t’en rendes compte comme des vrais; non, eux, ils te le disent qu’ils vont te voler, et ils te font peur à mort. Bref…

Architecture et décoration

Ce qu’on remarque tout de suite, ce sont les modules de bancs pas mal jolis et décoratifs qui sont faits de quatre bancs, chacun peint d’une couleur de jaune à rouge, et toute ces belles couleurs, ça monte sur les murs et ça fait aussi le même principe sur la plancher mais en tuile, pas en banc, et c’est pas mal réussi à la 1970 – j’ai une sorte d’arc en ciel dessiné sur mon chandail, et sur mes patins à 4 roulette – style Calinours revival, mais un peu trash.

Il y a par contre la petite tuile de couleur sable qui recouvre le reste du sol sur les quais, qui est un peu pâle comme choix de couleur pour un plancher de station de Métro; ça semble avoir la particularité de mettre en valeur toute forme de tache de petit jus collant qui peut aboutir sur le sol de la station, et à moins que ce soit les Calinours qui suintent, mon Dieu que les gens en échappent, du petit jus collant à Villa-Maria.

Les murs sont recouverts de dalles en béton gris moulé rayé vertical, c’est bien joli en gros. L’étage de la sortie est petit et charmant, dans le genre split level, les plafonds sont bas comme dans un vrai petit bungalow, confortable. Il ne faut pas oublier l’œuvre d’art murale, qui consiste en des séries 5 de pastilles côte à côte dans des couleurs dégradées de jaune à mauve, chacune sur une sorte d’axe en stainless, et là c’est difficile à expliquer, mais je dirais,après environ quatre secondes de mûre réflexion, que le tout tente d’évoquer la motion/rotation, et je ne pense pas me tromper en disant que ça peut avoir un rapport avec le transport. Et aussi, oh miracle, les lampes spécialement concues pour éclairer ces choses sont encore à ce jour en opération. Ça doit être toutes les prières qui se disent dans le coin.

Constat final

Aurait besoin de plusieurs coups de moppe assez rapidement, mais bon point pour la Calinours touch. Et avoir à choisir entre me faire piquer mon porte-feuille à la station Berri-UQAM ou à Villa-Maria, je choisirais Villa-Maria, qui est plus exotique.


Note
7.8/10


Collaborez, vous aussi, au magazine P45, ou envoyez-nous vos idées pour les chroniques Approuvé-réprouvé ou encore P45 hebdo: courrier [à] p45.ca.

Discussion

Appréciations
Tweets
Sans commentaire

Nous sommes désolés, il n'est pas possible de réagir à cet article pour le moment.