Théâtre: Comment j’ai appris à conduire en 5 temps

Numéro 94

23 au 28 novembre 2007

Un texte de
Caroline Pelletier

Publié le 23 novembre 2007 dans
Culture, Théâtre

Théâtre: Comment j’ai appris à conduire en 5 temps

Amorcé en 2006, le Cycle états-unien du Théâtre de l’Opsis se poursuit avec un texte signé Paula Vogel, qui lui valut le Pulitzer en 1998. Une rencontre avec nos voisins du Sud, à l’Espace Go jusqu’au 8 décembre 2007.

Thème exploré (voire effleuré):

La pédophilie. Les sujets controversés siéent bien à l’auteure Paula Vogel, qui les aborde avec humour et dérision. Mais aucun danger de tomber dans le tragique: elle ne fait qu’effleurer ce tabou, en négligeant parfois l’essentiel, comme si on pouvait faire le trajet Québec-Montréal sans s’acheter de hot-dog steamé à quelque part près de Drummondville.

On repassera pour:

L’ambiance. Même si la bande sonore de Larsen Lupin permet d’ajouter un certain effet dramatique, on doit rapidement se rendre à l’évidence: il manque un gros succès de Ritchie Valens pour nous accompagner dans notre tour guidé des États-Unis.

Ce qu’on y voit:

Une femme, début quarantaine, racontant son histoire. Par de nombreux retours en arrière, on se retrouve dans le Maryland des années 60. Tout est réunit pour nous faire revivre son étrange relation avec son oncle Peck, ou presque (voir prochain point).

Ce qu’on n’y voit pas:

Du sexe… Et c’est tant mieux! Qui est-ce que ça intéresse de voir en détails un vieux cochon abuser de sa nièce? Cependant, on aurait aimé y croire davantage. Les ricanements de Violette Chauveau et de Martine Francke sont rafraîchissants – vu la lourdeur du sujet abordé – mais parfois on se croiraitdans un sketch de RBO…

Ce qui mérite notre attention:

Le programme nous apprend que Paula Vogel est une figure illustre de la dramaturgie américaine qui, hélas, demeure méconnue ici. Constat: les théâtres québécois se plaisent à jouer et rejouer les grands classiques des Arthur Miller et compagnie. Heureusement, le Théâtre de l’Opsis persiste à nous en faire découvrir d’autres.

Si vous avez aimé, nous vous suggérons:

Le Guide de la route (Éditeur officiel du Québec 2006), véritable bible des apprentis conducteurs qui désirent se risquer sur les routes accidentées du Québec. À conserver sur sa table de chevet ou dans son coffre à gants.

Familles made in USA, trois portraits de familles – présentés en alternance – offerts par autant de jeunes auteures qui représentent la relève de la dramaturgie états-unienne. Issu du Cycle états-unien, ce projet audacieux sera présenté à l’Espace Libre, du 6 au 23 février 2008.


Collaborez, vous aussi, au magazine P45, ou envoyez-nous vos idées pour les chroniques Approuvé-réprouvé ou encore P45 hebdo: courrier [à] p45.ca.

Discussion

Appréciations
Tweets
Sans commentaire

Commenter