Théâtre: Le Problème avec moi en 5 temps

Numéro 93

16 au 22 novembre 2007

Un texte de
Caroline Pelletier

Publié le 16 novembre 2007 dans
Culture, Théâtre

Théâtre: Le Problème avec moi en 5 temps

Le Problème avec moi, création «ego-centriste» de Larry Tremblay, présentée à l’Espace Libre jusqu’au 24 novembre 2007.

Le rideau se lève sur:

Un autre rideau! Un rideau de douche derrière lequel s’agite une ombre, couteau à la main, rappelant la célèbre scène du film Psychose. L’univers d’Hitchcock colore aussi bien l’univers visuel et sonore que la mise en scène (Francine Alepin).

Ne pas aller voir si:

Vous en avez marre des pyjamas en flanelle. Les deux comédiens jouent le même personnage, donc Carl Béchard porte la chemise de flanelle à carreaux (qui n’a rien d’excitant), et Larry Tremblay porte le pantalon. Très bien assortis, malgré tout.

Ce qui mérite notre attention:

Les toilettes. Pas celles de la pièce (qu’on ne voit pas car, malgré le rideau de douche, il n’y a que les carreaux de céramique – encore! – qui nous permettent d’imaginer qu’elles existent bel et bien), mais celles de l’Espace Libre, dans un décor de style «art moderne», qui auraient de quoi rendre jaloux le Théâtre du Nouveau Monde. Petite réserve: tant qu’à investir dans la salle de bain, j’aurais trouvé un plus beau pyjama pour notre duo Tremblay et Béchard.

À retenir:

Le décor signé Anick La Bissonnière, dont la sobriété permet d’y laisser pénétrer la lumière sans que les éléments n’envahissent l’espace.

Réplique à mâcher et remâcher:

Léo, ne voulant plus quitter cet homme dont la ressemblance extrême avec lui-même le rassure et l’effraie à la fois, dit à Léo: «Je serai fidèle. Je serai ton ombre». Cette réplique incarne bien l’esprit de la pièce, comme si Jacques Brel tombait amoureux du chien de sa dulcinée.

Si vous avez aimé la pièce, nous vous suggérons:

Abraham Lincoln va au théâtre, une autre pièce de Larry Tremblay. Elle sera présentée à l’Espace Go en avril 2008.

Et Piercing (Gallimard 2006), un recueil dans lequel on peut savourer les mots de Tremblay, notamment à la lecture de La Hache, un texte magnifique qui fût joué au Quat’Sous l’année dernière (trois nominations au Gala des Masques 2006).


Collaborez, vous aussi, au magazine P45, ou envoyez-nous vos idées pour les chroniques Approuvé-réprouvé ou encore P45 hebdo: courrier [à] p45.ca.

Discussion

Appréciations
Tweets
Sans commentaire

Commenter