Théâtre: Les mondes possibles en 5 temps

Numéro 99

18 au 24 janvier 2008

Un texte de
Caroline Pelletier

Publié le 18 janvier 2008 dans
Culture, Théâtre

Théâtre: Les mondes possibles en 5 temps

Dernier spectacle de la saison itinérante du Quat’sous, où la métaphysique se superpose à un univers onirique. Présenté au théâtre Prospero, jusqu’au 2 février 2008.

Première scène:

Une scène de crime. Un inspecteur et son assistant, interprétés respectivement par Denis Bernard et Patrice Coquereau, découvrent le cadavre de George Barber (Steve Laplante), la pauvre victime d’un vol par effraction. Ce qui a été dérobé: son cerveau.

Ce qu’on y apprend:

1. Le crâne d’un rat – et peut-être celui d’un humain – pourrait être maintenu en vie artificiellement et avoir assez de force pour avoir envie d’un sandwich.
2. Paul Ahmarani est pas pire le crâne rasé, vêtu d’une blouse blanche et se faisant passer pour un brillant neurologue.
3. Une personne normale pense au sexe à toutes les 2 minutes.

Ça ne parle pas de:

Référendum… bien que par moment, on aurait pu exiger une loi sur la clarté pour comprendre ce qui se tramait devant nous et ainsi, ne pas se faire «fourrer» à la fin en réalisant que ce n’était qu’un rêve (ou un cauchemar)…

Grand soulagement:

Pas que l’on n’aime pas le théâtre Prospero, mais le Quat’sous nous reviendra dans son célèbre lieu mythique de l’avenue des Pins à l’automne prochain. On est impatient d’admirer sa cure de jeunesse!

Coup de gueule/coup de coeur:

«L’imagination gouverne le monde», disait Napoléon. Devant cette infinité de possibilités, on perd quelque peu le Nord, ne sachant pas trop quoi en penser. Bien que ça manque un peu de colle pour que tout tienne ensemble, on pardonne le manque de rythme de cette première mise en scène d’Arianna Bardesono en se régalant du talent de Patrice Coquereau qu’on aimerait bien voir plus souvent

Si vous avez aimé, nous vous suggérons:

Le Dictionnaire amoureux de la science de Claude Allègre (Plon, 2005). On y aborde la mécanique quantique. Ainsi, vous pourrez mieux saisir la théorie d’Hugh Everett sur la multiplicité des mondes ainsi que le secret de la chirurgie au laser. Et mieux patienter pour la sortie de Retour vers le futur 4.

Half life, un autre texte signé John Mighton, qui sera présenté au Centaur Theatre du 29 janvier au 24 février. À ne pas manquer: un 5 à 7 précédent la représentation du 6 février, auquel assisteront l’auteur ainsi que les artistes des deux pièces. En espérant que Paul Ahmarani n’y traîne pas sa blouse blanche…


Collaborez, vous aussi, au magazine P45, ou envoyez-nous vos idées pour les chroniques Approuvé-réprouvé ou encore P45 hebdo: courrier [à] p45.ca.

Discussion

Appréciations
Tweets
Sans commentaire

Commenter