Théâtre: Rhinocéros en 5 temps

Numéro 95

29 novembre au 6 décembre 2007

Un texte de
Caroline Pelletier

Publié le 29 novembre 2007 dans
Culture, Théâtre

Théâtre: Rhinocéros en 5 temps

Rhinocéros, dans une mise en scène de Jean-Guy Legault, transposé – et actualisé – dans une tour à bureaux, à mi-chemin entre le World Trade Center et le Zoo de Granby. Au TNM, jusqu’au 19 décembre 2007.

Personnage le plus attachant:

Benoît Girard, dans le «rôle du vieux monsieur», tellement un petit rôle que l’on n’a pas cru bon de lui donner un nom.

Place à l’amélioration:

Marc Béland se transformant en rhinocéros. On l’attendait avec impatience, cette transformation de Marc Béland en pachyderme. Un peu décevant pour un comédien de la trempe de Marc Béland.

Place à l’amélioration aussi pour la mise en scène de Legault. Une mise en scène débridée dont on ressent malheureusement un certain essoufflement (l’image du pacemaker dont les piles sont à terre conviendrait à merveille) vers le milieu de la pièce, sauvée de justesse (le pacemaker rechargé à même une batterie de char) par la prestance d’Alain Zouvi.

Coup de coeur:

Ce cher Alain Zouvi! Il vole carrément la vedette à Marc Béland, à un point tel que l’on se demande pourquoi ce n’est pas lui qui est sur les affiches promotionnelles.

On n’a d’autre choix que d’acquiescer à ce que dit Lorraine Pintal, directrice du TNM: «[…] le monologue final de Bérenger […] est un véritable morceau de bravoure existentielle». Et j’ajouterais: une bravoure existentielle digne d’un orgasme (ça se peut?).

Dernière réplique:

Bérenger qui s’écrie: «Je ne capitulerai jamais!».

Ne pas aller voir:

Si vous êtes hypocondriaque. Vous risquez de passer les prochains jours à avoir peur d’attraper la «rhinocérite»…

Rhinocérite: n.c.f., maladie de l’âme qui se caractérise par une transformation physique de l’individu en un pachyderme. Symptômes: couleur verdâtre, corne s’élevant au-dessus du nez, perte d’identité et consentement volontaire, mais irréfléchi, de se fondre dans la masse.

Si vous avez aimé, nous vous suggérons:

Ikea. Quelques heures de magasinage dans le magasin suédois – qui soustraite depuis peu en Chine –, vous permettront de dénicher plusieurs accessoires du décor de la pièce. Juste si vous y tenez.

La pièce Théâtre extrême, si elle reprend l’affiche. Présentée l’été dernier au Théâtre d’Aujourd’hui, cette pièce présente la première course à la chefferie du nouveau Parti Populaire du Québec. Écrite et mise en scène par Jean-Guy Legault, elle lui valut tous les honneurs. Mon coup de cœur de l’été.


Collaborez, vous aussi, au magazine P45, ou envoyez-nous vos idées pour les chroniques Approuvé-réprouvé ou encore P45 hebdo: courrier [à] p45.ca.

Discussion

Appréciations
Tweets
Sans commentaire

Commenter