Un p’tit deux sur Dieu

Numéro 104

22 au 28 février 2008

Un texte de
Charles-Alexandre Théorêt

Publié le 22 février 2008 dans
Idées, Société

Un p’tit deux sur Dieu

Le bien et le mal, c’est connu, ce sont deux enfants espiègles qui aiment se taquiner et qui parviennent toujours à entraîner dans leur jeu des personnages fascinants. De David et Goliath jusqu’à André «le géant» Ferré et Hulk Hogan, la liste des couples célèbres qui ont pris part aux facéties de nos deux fripons est longue.

Et grâce aux efforts de Stefan Jetchick, un catholique fondamentaliste de la région de Québec, et de Guillaume Loignon, un étudiant à la maîtrise en philosophie de l’Université de Montréal, cette prestigieuse liste compte désormais deux nouveaux noms.

L’année dernière, alors qu’il prépare l’un des cours sur Descartes et Galilée qu’il doit donner dans le cadre d’un stage en enseignement au Cégep Ahuntsic, Guillaume Loignon tombe par hasard sur un site Internet qu’il qualifie lui même de «délirant»: www.inquisition.ca.

Le site Internet a été mis sur pied et est animé par Stefan Jetchick, un militant pro-vie de la ville de Québec qui cherche à utiliser la toile pour «défendre la divine doctrine de Jésus-Christ, telle que transmise par les enseignements officiels de son Église; tout en restant en pleine communion avec le Pape et notre évêque diocésain (…) de manière légale, morale et rationnelle».

Son credo est simple: le clergé québécoise en s’éloignant des dogmes fondamentaux de l’Église catholique participe à la corruption de la société québécoise. Par exemple, Jetchick condamne sévèrement l’abbé Raymond Gravel qui, selon lui, «s’oppose avec véhémence aux enseignements de l’Église catholique, entre autres sur la sodomie et l’avortement».

Polémico-catho

En plus de défendre une «bonne» inquisition dans la province de Québec, Jetchick, qui a également été candidat pour le Parti de l’héritage chrétien lors des dernières élections fédérales, est à la recherche d’adversaires idéologiques avec qui il pourrait débattre publiquement.

Une féministe pro-choix, un témoin de Jéhovah ou encore un athée sont invités à défendre leurs positions respectives par courriel. L’enjeu? 1000 $ en espèces sonnantes et trébuchantes.

«Je suis interprète de conférence pigiste, racontait Jetchick sur son site Internet en octobre 2007, et j’ai fait un contrat dégoûtant. C’était du “multi-level marketing”, où une compagnie riche profitait de la naïveté et du manque de formation scientifique des petites gens. Alors je me suis juré que je n’encaisserais pas ce chèque de paie. D’où m’est venue l’idée de ce concours.»

Les règles établies par Jetchick sont simples: «Vous trouvez trois copains qui sont prêts à être les arbitres. Vous m’envoyez vos noms et vos photos. Ensuite, vous et moi avons un débat par courriels. Quand les arbitres décident qu’il y a un gagnant, le débat arrête, et le gagnant reçoit l’argent comptant.»

Pour les témoins de Jéhovah, le thème à débattre est «L’Église catholique est-elle la seule vraie Église de Dieu?», pour les féministes pro-vie, c’est «Tous les avortements directs sont-ils des crimes abominables?» et, finalement, pour l’athée, le thème est, tiens, tiens «Si Dieu n’existe pas, le bien et le mal peuvent-ils exister?».

Guillaume Loignon, donc, qui se définit lui-même comme un humaniste séculier et qui est membre des Sceptiques du Québec, ne peut résister à pareille invitation à danser. Les juges choisis par Guillaume sont Gildas Haméon, professeur au cégep de Saint-Félicien, Denis Labelle, mathématicien et gestionnaire du forum des sceptiques du Québec ainsi que Jean Ouellette, cofondateur des Sceptiques du Québec et du groupe La libre pensée québécoise.

Les échanges savoureux entre nos deux duellistes, qui ne manquent pas d’humour ont été publiés sur le blogue de Guillaume ainsi que sur le site inquisition.ca.

La Bible c’est du caca

Malheureusement, le débat s’est terminé dans la controverse et de manière abrupte, le 14 février dernier, alors que Stefan Jetchick a disqualifié Guillaume, et ce, pour le plus grand malheur des observateurs attentifs.

Pour justifier sa décision arbitraire, Jetchick invoque le fait que «M. Loignon et ses trois arbitres ont comparé la Bible à de l’excrément de vache, et on ensuite soutenu qu’il n’y avait rien d’insultant dans ce propos!» L’infraction fait référence à la parabole du «mystère de la tondeuse à gazon», une superbe parade servie par Guillaume dans sa troisième intervention et qui se terminait par cette savoureuse morale athée, «les dogmes ne tondent pas le gazon. Mais, en tant qu’engrais naturel, le font peut-être pousser mieux». Le passage litigieux était accompagné d’une superbe photo de bouse de vache bien juteuse…

La conclusion prématurée du débat n’a pas surpris Guillaume outre mesure: «Comme il me laissait l’opportunité de choisir les arbitres, j’étais à peu près certain qu’il allait se désister en invoquant que le jugement est biaisé. Et c’est effectivement ça qui s’est produit.»

Abus de pouvoir de la part de Stefan Jetchick, qui démontre bien la difficulté d’être à la fois juge et partie? Collusion entre les juges et Guillaume? La décision reviendra au lecteur qui aura la patience de se rendre au bout des arguments de nos deux larrons.

Et avis aux témoins de Jéhovah et aux féministes pro-choix intéressés par l’appât du gain: les 1000 $ sont toujours en jeu.


Collaborez, vous aussi, au magazine P45, ou envoyez-nous vos idées pour les chroniques Approuvé-réprouvé ou encore P45 hebdo: courrier [à] p45.ca.

Discussion

Appréciations
Tweets
Sans commentaire

Commenter