Une saison de Bixi en chiffres

Numéro 196

29 octobre au 11 novembre 2010

Un texte de
Miguel Tremblay

Publié le 29 octobre 2010 dans
Idées, Société

bixiboyÀ P45, on a joué les jeunes prodiges et compilé des données de Bixi pour mieux comprendre comment marche le système de vélopartage.

Comme Montréalais, on connaît bien les heures de congestion automobile. Mais que connaît-on des rythmes des disponibilités des vélos Bixi?

C’est à cet intrigant exercice que se sont livrés les services informatiques de ptaff.ca, qui ont recueilli, toutes les 5 minutes pendant les mois d’août et de septembre 2010, les données disponibles sur le site de Bixi.

Ces données, à chaque téléchargement, nous permettent de connaître le nombre de stations complètement remplies de vélos Bixi ainsi que le nombre de stations complètement vides. Une fois ces données recueillies, nous les avons analysées patiemment afin d’en savoir un peu plus sur l’écologie des vélos Bixi.

Précision: les habitudes d’utilisation de Bixi étant différentes la semaine et la fin de semaine, nous avons séparé l’analyse en deux parties: la première couvrant la période du lundi au vendredi, la seconde couvrant celle du samedi et dimanche. Nous n’affichons que les graphiques pour le mois de septembre, ceux du mois d’août sont semblables.

L’utilisation du Bixi la semaine

On constate que les stations Bixi sont plus souvent remplies, comme on pouvait s’y attendre, pendant la nuit. Par contre, entre 5h30 et 8h, le nombre de stations Bixi qui étaient pleines chute rapidement. Ceci correspondrait à la période pendant laquelle les gens se munissent d’un Bixi pour se rendre au travail.

Dès 8h et plafonnant à 10h, le nombre de stations Bixi remplies augmente rapidement. S’ensuit un plateau de 10h à 12h, où le nombre de stations vides ou pleines demeure stable.

À partir d’un peu avant 12h, le nombre de stations vides et pleines diminue jusqu’à 16h30, ce qui signifie que beaucoup de mouvements ont lieu de la part des usagers. Le matin est composé d’une pente brusque et d’un plateau, l’après-midi est plutôt en petites fluctuations négatives.

À 16h30 s’amorce le grand retour à la maison, qui se termine vers 20h. On remarque alors une recrudescence du nombre de stations vides, mais surtout du nombre de stations remplies.

Comme les stations types du centre-ville contiennent plus de Bixi que celles de la périphérie, un plus petit nombre de stations vides du centre-ville peuvent remplir plus de stations en périphérie. C’est probablement ce qui explique qu’il y a moins de stations qui se vident qu’il n’y a de stations qui deviennent pleines.

De 20h à 6h, le nombre de stations pleines augmente sans cesse, mais il le fait progressivement.

Faits saillants

  • Le moment de la semaine où on a le plus de chance de tomber sur une station vide? Entre lundi et vendredi en après-midi.
  • En semaine, à partir de 20h, il vaut mieux choisir la station où il y a le plus de mouvement pour rapporter un Bixi.

L’utilisation du Bixi la fin de semaine

Le régime d’utilisation des Bixi est manifestement différent la fin de semaine que pendant la semaine.

On peut voir que les gens prennent un Bixi pendant la matinée, entre 6h et 10h, et le font de façon plus relâchée que pendant la semaine.

Par la suite, entre 10h et 18h, on tombe en régime établi: le nombre de stations pleines et vides reste assez constant. Bref, on atteint un quasi-écosystème, ce qui doit certes plaire à l’administration.

Dans la soirée, débutant peu après 18h, le nombre de stations remplies augmente quelque peu alors que le nombre de stations vides reste stable. Pendant la soirée, bien que connaissant des fluctuations, le nombre de stations remplies ou vides reste sensiblement le même.

Par contre, après minuit, les choses se gâtent. Le nombre de stations remplies augmente sans cesse jusqu’à 5h pour atteindre un nombre semblable à celui en semaine.

Notez que la fin de semaine est découpée de minuit à minuit, et donc que la nuit de vendredi à samedi est comptée dans la fin de semaine.

Faits saillants

  • La fin de semaine, on peut trouver un Bixi ou un ancrage vide à peu près à n’importe quelle station.
  • Même tard le soir, on peut trouver facilement un ancrage vide les soirs de fin de semaine, contrairement aux soirs de semaine.
  • Après minuit la fin de semaine, il vaut mieux choisir la station avec le plus de mouvement possible pour rapporter un Bixi.

En vrac

  • Si on voulait emprunter tous les Bixi garés en même temps, combien d’amis nous faudrait-il? Environ 4000.
  • Palmarès des stations les plus souvent remplies:
    1. de Rouen / d’Iberville
    2. de Rouen / Fullum
    3. de Gaspé / de Liège
    4. Kent / Côte-des-Neiges
    5. Larivière / de Lorimier
  • Palmarès des stations les plus souvent vides:
    1. University / des Pins
    2. Union / René-Lévesque
    3. Drummond / du Docteur-Penfield
    4. University / Prince-Arthur
    5. Metcalfe / Sainte-Catherine
  • Quel est le maximum de stations vides qu’il y a eu au même moment pendant les mois d’août et de septembre 2010? 63.

Limitations

Il faut noter que l’analyse que nous faisons ici est globale pour tout le réseau Bixi. Il y a des variations locales qui ne seront pas représentées par l’analyse que nous effectuons. Le lecteur est invité à être attentif à son entourage local de Bixi pour voir en quoi il peut être différent des tendances globales. Le lecteur sérieux est invité à prendre en compte les limitations de l’échantillon et de sa représentativité:

  1. La position, la taille et le nombre de stations Bixi évoluent constamment. Exemples ici ou ici.
  2. Des «stations dépôts» naissent et meurent plus ou moins régulièrement, faussant la donne. Exemple ici.
  3. Des vélos Bixi sont déplacés par camion d’une station à une autre afin d’accroître l’offre aux utilisateurs. Puisque nous ne mesurons que le nombre de stations complètement remplies ou complètement vides, ce ravitaillement ne peut être différencié d’une utilisation normale de Bixi.


Collaborez, vous aussi, au magazine P45, ou envoyez-nous vos idées pour les chroniques Approuvé-réprouvé ou encore P45 hebdo: courrier [à] p45.ca.

Discussion

Appréciations
Tweets
6 commentaires
  1. Vincent says:

    Superbe analyse!! On se croirait dans The Visual Display of Quantitative Information. C’est vraiment très joli! J’adore!

    Les graphiques sur le nombre de stations pleines/vides aurait pu donner plus d’information en présentant le pourcentage de stations pleines/vides plutôt que le nombre absolu. Comme on ne connaît pas le nombre de stations total, il est plutôt difficile de comprendre quel impact a le fait que 40 stations soient pleines à minuit.

  2. xkr says:

    @Vincent: Le problème c’est que le nombre de stations n’est jamais le même. On ne peut donc pas travailler avec un nombre total de stations. De là cette méthodologie.

  3. SGC says:

    Intéressant comme analyse. J’aurais aimer connaitre le NOMBRE DE VÉLOS en circulation selon l’heure de la journée. Évidement ce nombre va inclure les vélos en réparation dans les stations dépôts et en transit sur les camions.

  4. Bob says:

    Intéressante schématisation de l’information. Il aurait été intéressant par contre d’avoir les données sur qui se sert des bixis pour vérifier si les usagers sont des automobilistes ou les usagers réguliers du transport en commun. Des données financières auraient aussi pu ajouter une profondeur à l’analyse.

  5. Intéressant, Il y a aussi un site qui a une carte interactive des bornes de BIXI. J’en parle sur notre blog et je cite cet article.

    http://blog.ffctn.com/les-bixi-de-montreal-2-facons-de-representer

  6. xkr says:

    C’est la fin de la saison 2010 de Bixi. On se revoit au printemps prochain.

Commenter