Vierge de Jersey Shore

Numéro 175

29 janvier au 4 février 2010

Un texte de
Catherine Bélanger

Publié le 29 janvier 2010 dans
Chroniques, Vierge de...

Vierge de Jersey Shore

Depuis quelques semaines, dans les bureaux de P45, à l’heure du dîner, les collègues discutent de la télé-réalité Jersey Shore. La première fois que j’en ai entendu parler, j’ai trouvé ça tellement insignifiant que je suis partie terminer mon repas dans mon cubicule.

Puis, je me suis retrouvée de plus en plus souvent seule dans mon espace, à m’entendre mastiquer et à me taper sur les nerfs.

Avant de m’y attaquer, je ne savais donc rien de cette série, sauf peut-être que ce sont des Italo-Américains, des guidos, qui passent un été dans une maison sur la plage, mais qu’ils n’y sont pas enfermés. Je sais aussi qu’un jour, une des participantes s’est fait «puncher dans’face», que les garçons portent trop de gel et qu’il y en a un qui s’appelle The Situation.

Un jour, avec les collègues, j’ai essayé de m’immiscer dans une conversation sur le sujet, j’ai dit «guida».

On a ri de moi et on m’a expliqué que le féminin de «guido», c’est «guidette», et pas «guida». Il fallait que je reprenne ma place dans la bande. Il fallait que je regarde au moins un épisode de cette série qui met en vedette des cheveux et des bronzages.

Sur le site de MTV, j’ai trouvé tous les épisodes de la saison. Je m’attaque donc au dernier.

Les chroniques Vierge de… proposent un résumé des récents événements de séries télévisées pour les téléspectateurs non initiés. Ne regardant elle-même pas la télévision sauf pour faire ces chroniques, Catherine Bélanger analyse le tout d’un œil chaste.

Vierge de… Jersey Shore

L’épisode 9 commence par un résumé de ce qui s’est passé avant dans la série.

-10 points parce que ça crie, ça se frappe, c’est bronzé et ça a de gros cheveux. Rien de neuf, on a déjà vu ça dans Les feux de l’amour.

On comprend que dans l’épisode précédent, Ronnie, appelons-le Gros Bras, s’est fait arrêter par la police à la sortie d’un bar. Il s’est battu avec un type, qu’il a mis sur le carreau. Il passe la nuit en prison.

15 points parce que tout ça, je l’ai appris en 10 secondes.

De retour à la maison, tout le monde est énervé. Une petite trapue, Snooki, portant une robe rose, mangeant une galette de riz et ayant des ongles assortis, appelle au poste pour parler à son ami. Ils pourront lui parler le lendemain matin.

-20 points parce qu’on voit une scène où Gros Bras raconte l’histoire à la caméra. On devine qu’il a réussi à sortir et ça gâche l’effet de surprise.

Le lendemain matin, tout le monde dort. Un canard dont les yeux brillent fait un bruit atroce.

-5 points parce que personne ne bronche et ne s’étonne de la présence d’un canard désagréable dans la maison.

Fin du premier segment.

20 points parce qu’il y a une courte publicité pour le dernier album de Hot Chip et que ça me permet de souffler un peu, et de ne plus entendre le canard mesquin.

Retour

Le canard mesquin crie toujours.

30 points parce que le canard, c’est un téléphone. Au bout du fil, il y a Gros Bras qui demande à ce qu’on vienne le chercher.

De retour à la maison. Sa blonde est un peu choquée.

-39 points parce que ce qui la choque, c’est qu’elle a dormi seule.

Comme c’est leur dernier week-end à Jersey Shore, c’est leur dernière chance de «scorer». The Situation colle le canard sur sa tête. Il parle à une fille qu’il a rencontrée au gym. Tout semble bien se passer pour lui.

20 points pour son altruisme. Il demande à sa chick d’inviter deux amies, pour ses colocs.
-15 points parce que je suis encore sous le choc de la couleur de leur peau.

Snooki, pour sa part, est moins chanceuse lorsqu’elle discute dans le canard. Elle laisse un message à un garçon.

Pendant la publicité de bobsleigh qui s’anime dans mon écran, je fais un tour rapide sur Facebook. Juste assez longtemps pour être happée par le statut de ma collègue Fabbie: «Fabbie Barthelemy ♥ Guidos. Merci Jersey Shore.»

100 points parce qu’ils ont réussi à gagner son cœur, ce qui n’est pas une tâche facile.

Sur le bord de la plage, une de nos guidettes, Jwoww, rentre vite à la maison pour aller réveiller ses amies. «OMG! Les gorillas sont là! Vite, les filles, venez à la plage! Il y a des juice heads partout!»

5 points parce que Snooki nous explique ce qu’est un juice head: «A juiceheeeeaaaad iiiis a hhhhhooot Italian tan guy, typically muscley. And looovesss, working out, you know, lookin’ buff and brawlic.»
-50 points parce qu’elle est aussi gossante que vous pouvez vous l’imaginer.

Tous nos guidos et guidettes se rejoignent sur la plage.

-30 points parce que je ne crois pas que leur peau tiendra une autre journée sous le soleil.

Gros plan sur Snooki, de retour à la maison, avec le canard sur son oreille.

-14 points parce que sa rupture téléphonique est le point de départ d’une longue série de gémissements qui ne cesseront que beaucoup plus tard.

Elle retourne à la plage, sur sa route, elle demande à des inconnus de danser avec elle. Ils ne veulent pas. Elle décide de danser seule sur la promenade.

0 point parce que je ne sais toujours pas quoi penser de cette scène. Rit-elle? Pleure-t-elle? Personne ne sait. Mais elle remarque son ex qui la voit, et qui ne veut pas s’approcher pour lui parler.

Pub de tampon.

Snooki pleure. The Situation la console.

10 points parce que comme cette scène nous est montrée pour la troisième fois, avec tous ces «à venir à l’émission», je connais les paroles par cœur et peux aider le bronzé à réconforter la trapue.

Autre publicité.

Snooki va dans le spa. The Situation vient la rejoindre. Il la déshabille. Lui reste habillé, évidemment. Ils s’embrassent. Il s’enfuit en courant.

Encore une publicité.

C’est le dernier repas de nos compagnons. Ils se remémorent les bons moments de l’été qui s’achève.

-40 points parce que j’ai l’impression d’être au bureau quand tout le monde parle de Jersey Shore: je ne comprends rien et ça ne m’intéresse pas.
-20 points parce que ça me fait le même effet que lire l’album de finissants de personnes que je ne connais pas. Des gens laids qui racontent des anecdotes et qui croient que ce qu’ils vivent en ce moment, c’est le boutte du boutte. Comme moi en cinquième secondaire. «Change pas, reste comme t’es.»

Dernier segment

Les guidos et guidettes font leur valise. Gros Bras part avec son Ab Roller. Ça se termine sur une note de tristesse. Ils disent tous que c’était merveilleux et qu’on ne comprendra jamais ce qu’ils ont vécu. «On s’appelle!»

1 point parce que j’ai l’impression que personne n’appellera Snooki.

Score final: -42 points

Regardez l’émission sur le site de MTV.


Collaborez, vous aussi, au magazine P45, ou envoyez-nous vos idées pour les chroniques Approuvé-réprouvé ou encore P45 hebdo: courrier [à] p45.ca.

Discussion

Appréciations
Tweets
4 commentaires
  1. Julien Cayer says:

    Je demande à ce que l’on mette un avertissement « Spoiler ahead ». C’est vraiment dangereux ce genre de texte là sur le dernier épisode d’une série…

  2. Stéphane says:

    Tu as injustement oublié d’ajouter ’1 point’ pour toutes les fois où Mike ”The Situation” parle de lui, ou de ses abdos, à la 3e personne.

    Ton score aurait probablement oscillé vers le positif avec cette approche.

    Tu devrais te ‘devierger’ avec l’épisode 3 (ou 4, ils sont interchangeables) lorsque que Gros Bras vole la ‘chick’ de la Situation. S’en suit un drame , des larmes et le punch dans la face de Snooki.

    Du bonbon

  3. julie says:

    j’adore Pauly DDDDDD, le plus beau, j’adore tout le mondddddde, ils sont trop kiffant, lol…… Trop belles les filles de cette épisode, et les mecs de cet épisode trop beaux aussiiiiiiiiiiiiiiiii !
    Jkiffe trop cette série téléréalitée!!!!!!!!!!!!

  4. Emilie says:

    Nous avons tendance à classifier les produits de la culture populaire selon une échelle de valeur qui nous est souvent propre, ou propre à notre groupe socio-économique. Cependant, des points de comparaison établis d’une façon rigoureuse entre deux produits d’une valeur considérée comme différente nous démontrent clairement que la culture populaire utilise des procédés semblables pour nous faire réagir.
    Nous désirons comparer le film 127 Hours, de Danny Boyle, et Jersey Shore, une émission de télévision dans laquelle de jeunes et bien réelles personnes (et oui, ils sont bien réelles) vivent ensemble dans une maison sur la côte du New Jersey pour l’été. Sur le site web même de l’émission, ils sont qualifiés de guidos et de guinettes…Grâce à leurs racines italiennes. Voici quelques points de comparaisons entre les deux. Svp contribuez à notre élévation intellectuelles et rajoutez-en d’autres.
    -La plupart des décisions du cast de Jersey Shore semblent irrationnelles; comme la décision de Aaron dans 127 hours de couper son bras.
    - Chez Aaron, la faim et la soif crée un état psychédélique et apportent des hallucinations. Chez les Jersey Shoriens, la réalité devient confuse principalement à cause de l’abus d’alcool et d’huile de bronzage.
    -Jersey shore cast and Aaron stopped drinking water; the Jersey shore cast started to drink alcohol instead and survived better.
    -In conclusion, fortunately for Aaron his plight only lasted 127 hours. For the cast of Jersey Shore, it’s a lifestyle.

Commenter